DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le système de santé britannique face au défi du coronavirus

euronews_icons_loading
Des lits ont été installés dans un centre de conférence de Londres par l'hôpital public pour accueillir des patients atteints du covid-19, le 31 mars 2020
Des lits ont été installés dans un centre de conférence de Londres par l'hôpital public pour accueillir des patients atteints du covid-19, le 31 mars 2020   -   Tous droits réservés  Stefan Rousseau, Pool, PA
Taille du texte Aa Aa

Les autorités britanniques accélèrent leurs efforts pour augmenter les capacités d’accueil en soins intensifs. Il y a urgence.

Mettre des lits à disposition

Au Royaume-Uni, comme ailleurs, le nombre de cas de contaminations progresse de manière exponentielle, particulièrement à Londres, où les hôpitaux s’organisent pour trouver des places pour les patients.

"Nous ne sommes pas encore à pleine capacité à Londres, souligne Stephen Powis, le directeur médical du NHS, mais des lits sont ouverts régulièrement pour répondre cette surtension supplémentaire. Dans un premier temps, nous utilisons des zones dans les hôpitaux où des ventilateurs artificiels sont déjà utilisés pour la chirurgie et peuvent donc être facilement adaptés pour prendre en charge des patients gravement malades."

Un hôpital temporaire installé à Londres

Un hôpital temporaire va bientôt voir le jour à Londres : un centre de conférence transformé pour accueillir jusqu’à 5 000 patients. A Birmingham et Manchester également, deux centres d’exposition doivent être utilisés comme cliniques auxiliaires durant le pic de l’épidémie.

Infectés par le coronavirus, le Premier ministre Boris Johnson et le ministre de la Santé continuent de superviser la gestion de la crise, depuis leur domicile via des visioconférences.

Boris Johnson a posté un message en ligne pour louer les efforts des personnels soignants et de la population :

"Merci à tous ceux qui reviennent aujourd'hui en si grand nombre prêter main forte à notre système national de santé. Ce soir, je peux vous dire que nous avons 20 000 employés du NHS qui reprennent leurs blouses de médecins et d'infirmiers, c'est la chose la plus étonnante. Ils s’ajoutent aux quelque 750 000 personnes qui se sont portées volontaires pour nous aider à traverser cette crise."

Au Royaume-Uni, comme ailleurs dans le monde, se pose le problème du manque de machines de ventilation artificielle, pour la prise en charge des patients gravement malades.

Des groupes comme Ford et Airbus travaillent avec des petites entreprises et des universités pour concevoir des prototypes, qui devront obtenir l’aval du gouvernement.