DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Une attaque au couteau fait deux morts, l'assaillant interpellé

euronews_icons_loading
Une attaque au couteau fait deux morts, l'assaillant interpellé
Tous droits réservés  AP
Taille du texte Aa Aa

Une attaque au couteau a fait au moins deux morts ce matin, à Romans-sur-Isère, dans le département français de la Drôme.

Selon l'AFP, quatre personnes ont également été blessées, dont certaines sérieusement. L'assaillant a été interpellé.

L'attaque a eu lieu dans le centre-ville aux alentours de 11h. L'assaillant aurait agressé le gérant et deux clients d'un bureau de tabac, avant de s'en prendre à des passants dans la rue.

Le parquet national antiterroriste (PNAT) a annoncé dans un communiqué ouvrir une enquête notamment pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle", après l'attaque au couteau de Romans-sur-Isère qui a fait deux morts et quatre blessés, en plein confinement.

Les premiers éléments de l'enquête sur l'auteur présumé de l'attaque, un homme d'origine soudanaise né en 1987, "ont mis en évidence un parcours meurtrier déterminé de nature à troubler gravement l'ordre public par l'intimidation ou la terreur", selon le PNAT.

Deux personnes en garde à vue

Le PNAT ajoute que lors d'une perquisition à son domicile ont été retrouvés "des documents manuscrits à connotation religieuse dans lesquels l'auteur des lignes se plaint notamment de vivre dans un pays de mécréants".

Il a été interpellé sans résistance très rapidement après les faits "alors qu'il se trouvait à genoux sur un trottoir priant en langue arabe", selon le PNAT. C'est l'une des nombreuses patrouilles de police chargées de faire respecter le confinement qui l'a interpellé.

Dans le détail, l'enquête ouverte par le Parquet antiterroriste vise les chefs "d'assassinats et tentatives d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle."

Samedi soir, deux personnes sont en garde à vue : l'auteur présumé des faits et "l'une de ses connaissances".

Les investigations ont été confiées à la Sous-Direction antiterroriste de la Direction centrale de la police judiciaire, à la Direction centrale de la police judiciaire ainsi qu'à la Direction générale de la sécurité intérieure.

Le chef de l'État, Emmanuel Macron, a promis dans un tweet que "toute la lumière" serait faite "sur cet acte odieux qui vient endeuiller notre pays déjà durement éprouvé ces dernières semaines".