DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Hongrie : faire de la place dans les hôpitaux, à tout prix ?

euronews_icons_loading
Hongrie : faire de la place dans les hôpitaux, à tout prix ?
Tous droits réservés  grab from euronews video
Taille du texte Aa Aa

En Hongrie, des milliers de patients ont été renvoyés des hôpitaux ces derniers jours, sur décision du gouvernement. Les autorités souhaitaient ainsi libérer des lits pour accueillir d'éventuels malades du coronavirus.

Le pays est pourtant relativement épargné par l'épidémie : à peine 2300 personnes infectées et environ 200 décès, sur une population de 8 millions d'habitants.

Mais pour le Premier ministre Viktor Orban, il faut se préparer au pire. D'où cette décision de faire de la place dans les hôpitaux.

Problème : comment prendre en charge les personnes souffrant de maladies chroniques, sachant que le système de soins à domicile est très peu développé en Hongrie ?

Le désarroi de Józsefné

Euronews a rencontré Józsefné Ambrózy, une vieille femme de 80 ans. Elle a été récemment amputée d'une jambe. Elle fait partie de ces patients obligés de quitter l'hôpital, à son grand désespoir. « J'ai besoin d'être suivi par des physiothérapeutes, explique-t-elle_. Mon autre jambe me fait souffrir. Si ça ne va pas mieux, ils ont dit qu'ils allaient aussi me l'amputer. Mais c'est pas possible. Je préfère encore mourir !_ »

De nombreuses familles, confrontées à des cas similaires, font part de leur indignation sur les réseaux sociaux. Elles dénoncent une politique similaire, selon elles, à de l'euthanasie.

Le point de vue des autorités

Interrogées sur le sujet, les autorités minimisent la situation.

50% des lits dans les hôpitaux sont désormais inoccupés.
Mais d'après nos chiffres, il n' y a pas eu de renvois massifs de patients, contrairement à ce que les gens pensent.
Cecília Müller
Directrice de la Santé

« Cette situation semble insoluble, explique Zoltan Siposhegyi, correspondant d'euronews à Budapest_. Les familles ne sont pas aptes à prodiguer les soins. Il faudrait pour cela engager des infirmières ou des aides-soignants à domicile. Encore faut-il avoir les ressources financières pour se le permettre. Et ceux qui restent auprès de leur proche malade risquent de perdre leur travail, ce qui complique un peu plus la situation._ »