DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Elan de générosité historique en Irlande pour aider les Amérindiens face au coronavirus

Le pic Agathla est visible au coucher du soleil sur la réserve Navajo, juste au nord de Kayenta, Ariz, le dimanche 19 avril 2020.
Le pic Agathla est visible au coucher du soleil sur la réserve Navajo, juste au nord de Kayenta, Ariz, le dimanche 19 avril 2020.   -   Tous droits réservés  AP Photo/Carolyn Kaster
Taille du texte Aa Aa

C'est un geste de solidarité internationale aussi émouvant qu'impressionnant à l'heure de la pandémie de Covid-19. Une collecte de fonds en ligne, lancée le 15 mars 2020 pour aider les communautés navajos et hopis – dans le sud-ouest des Etats-Unis– à faire face au nouveau coronavirus, fait face à une vague des dons inattendus en provenance d'Irlande, à plus de 7 000 km de là.

La raison derrière cet élan de générosité est historique. "Plusieurs de vos dons pour notre campagne GoFundMe ont été inspirés par la Grande Famine en Irlande, qui a débuté en 1845" souligne les organisateurs de la collecte dans un communiqué. "Pendant cette période difficile, en 1847, la nation choctaw [une tribu amérindienne] avait envoyé 170 dollars aux Irlandais pour les aider, soit aujourd'hui l'équivalent de 5 000 dollars".

"Peu de temps avant la Grande Famine, 60 000 Amérindiens, dont le peuple choctaw, ont subi l'expérience de la Piste des larmes," un exil meurtrier de ces tribus de leur terres, organisé par le gouvernement américain. L'expérience de cette tragédie "a suscité un empathie pour les Irlandais alors dans le besoin. Ainsi, les Choctaws leur ont envoyé une aide de 170 dollars (...)". Une somme symbolique entre deux peuples en proie à des tragédies d'ampleur historique.

Le geste des Choctaws a d'ailleurs été immortalisé en Irlande par une sculpture construite à Midleton, dans le comté de Cork, appelée Kindred Spirits, en français Esprits Proches ou Âmes Sœurs, dans un sens platonique.

CC BY-SA 4.0 Flickr/Gavin Sheridan
La sculpture rappelle l'aide apportée par la nation Chocktaw pendant la Grande Famine.CC BY-SA 4.0 Flickr/Gavin Sheridan

Et si les Chocktaws et les Navajos sont deux bien nations amérindiennes différentes, pour les créateurs de la cagnotte, "173 ans plus tard, cette faveur est retournée grâce aux généreux dons du peuple irlandais à la nation navajo en ces temps de crise (...). Les actes de générosité passés des nos ancêtres indigènes ont été réciproquement rendus près de 200 ans plus tard, à travers la mémoire du sang et les liens qui nous unissent. Merci, IRLANDE, pour votre solidarité et d'être là pour nous".

"L'Irlande se souvient"

Cassandra Begay, membre de la nation navajo et de l'équipe organisatrice de la collecte de fonds en ligne, a raconté, en sanglots, au quotidien irlandais Irish Times sa réaction quand elle a vu les dons et les commentaires venant d'Irlande affluer.

"Nous avons remarqué que nous recevions beaucoup de dons d'Irlande et nous nous demandions pourquoi" a expliqué, très émue, Mme Begay. "Et j'ai appris ce que le peuple Choctaw a fait pour le peuple irlandais, et c'était tellement beau."

Sur le site de la cagnotte en ligne, dont le montant dépasse les 2,5 millions de dollars au moment où nous écrivons ces lignes, les dons affluent, pratiquement toutes les minutes. Ils sont parfois accompagnés de commentaires, souvent en anglais, par moment en gaélique, exprimant la solidarité qui unit entre l'Irlande et les Amérindiens.

"Je me souviens de l'histoire de la gentillesse de votre peuple envers le mien pendant la famine quand j'étais enfant, je suis ravi que nous puissions maintenant vous rendre la pareille" raconte par exemple Pauline Bleach. "J'espère que mon don pourra contribuer à assurer la sécurité de votre peuple maintenant. L'Irlande se souvient."

Capture GoFundMe

La nation navajo durement touchée par le Covid-19

Dans leur communiqué, les organisateurs racontent leur situation tragique : "La douleur est réelle. Nous avons perdu tant de nos aînés sacrés et de nos jeunes Navajos à cause du Covid-19. C'est vraiment effroyable. Et c'est une période sombre de l'histoire pour notre nation". Jusqu'à présent, le dons ont servi à fournir nourritures et équipement aux membres des nations navajos et hopis dans le besoin.

Comme d'autres tribus, les Navajos ont abandonné de gigantesques territoires en échange d'une promesse que l'Etat fédéral fournirait éducation et soins gratuitement, à perpétuité, rappelle Allison Barlow, directrice du Centre d'étude de la santé indienne à l'université Johns Hopkins. La promesse n'a jamais été complètement tenue.

Sur les 71 000 kilomètres carrés de la réserve ne se trouvent que 12 établissements de santé. L'agence fédérale dédiée, l'Indian Health Service, souffre de sous-financement chronique : elle ne dépense que 3 333 dollars par personne, alors que Medicare, la couverture maladie publique des Américains de plus de 65 ans, dépense 12 744 dollars par an, précise Allison Barlow.

Ces inégalités s'ajoutent au manque d'infrastructures, y compris en eau courante. Sans oublier la pauvreté dans les réserves. La nation navajo a été frappée plus durement par la nouveau coronavirus que toute autre tribu.

Au 5 mai, la tribu avait rapporté 2 559 cas confirmés et 79 décès dans une réserve qui s'étend en Arizona, au Nouveau-Mexique et en Utah. La petite réserve de la tribu hopi, totalement enclavée dans le territoire de la nation navajo et encore plus démunie, s'est elle aussi placée en quarantaine depuis la fin mars.

L'aide de l'Etat fédéral pour les tribus en retard

Selon l'agence AP, le département du Trésor américain a déclaré mardi 5 mai qu'il allait commencer à distribuer des milliards de dollars pour aider les tribus amérindienne à réagir et à se remettre du coronavirus. Cette déclaration intervient plus d'une semaine après la date limite fixée par le Congrès et après avoir été poursuivi en justice pour savoir qui a droit à cet argent.

En effet, le plan de sauvetage fédéral de 2 200 milliards de dollars approuvé à la fin du mois de mars a mis de côté 8 milliards de dollars pour les gouvernements tribaux. L'argent était censé être versé avant le 26 avril, mais le département du Trésor a déclaré que les modalités de versement n'étaient pas encore fixées

La nation navajo, l'une des plus grandes tribus du pays avec environ 350 000 citoyens, va recevoir 600 millions de dollars, a déclaré le président des Etats-Unis, Donald Trump. En attendant ces fonds promis, et en retard, les cagnottes en ligne et la solidarité internationale parent au plus pressé.