DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L’UE s’interroge sur la possibilité d’ouvrir ses frontières pour permettre aux touristes de voyager

euronews_icons_loading
L’UE s’interroge sur la possibilité d’ouvrir ses frontières pour permettre aux touristes de voyager
Tous droits réservés  Matthias Schrader/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Voir des amis de l’autre côté de la frontière, aller faire les boutiques dans le pays voisin, ces plaisirs ne sont plus possibles à cause du coronavirus. A la place les contrôles sont renforcés et il faut remplir plusieurs conditions pour pouvoir se déplacer. Alors que l’été approche, les Européens réalisent que les plages des vacances ne seront peut-être pas au rendez-vous cette année.

Le gouvernement grec n’est pas de cet avis. Le covid-19 est plus ou moins sous contrôle dans le pays. Athènes veut donc rouvrir ses frontières le 1er juillet pour accueillir les touristes. Les autorités planchent sur un cadre sanitaire pour pouvoir maintenir la saison touristique. Ce dispositif pourrait prendre la forme de "test réalisé avant de prendre un avion" à destination de la Grèce, selon le ministre grec du Tourisme. Haris Theoharis en appelle aussi à l’UE pour parvenir à un accord entre les 27 très prochainement. "Nous ne pouvons pas attendre", insiste-t-il.

Un certificat de santé

La Grèce assure ne pas être seule dans cette bataille et dit être le porte-voix de plusieurs Etats membres. A l’instar des pays du sud de l’Europe, Athènes veut sauver son industrie touristique d’un effondrement complet. Si la saison estivale est annulée, les entreprises du secteur, principalement des PME, risquent la faillite.

Pour le moment il n’existe aucune ligne directrice européenne pour une réouverture des destinations touristiques sans risque de mettre en danger la santé publique. Mais la Croatie met en avant une proposition. Zagreb propose "une forme de certificat, sans risque ou risque limité", précise le ministre croate de l’Intérieur, Davor Bozinovic. Cet outil "serait bénéfique pour tous, pas seulement pour les hôtes ou pour le personnel hôtelier mais aussi pour les voyageurs", assure-t-il.

Les modalités pratiques de la proposition croate sont à l’étude. Toutefois des responsables politiques ne soutiennent pas l’idée de revoir des foules sur les grands sites touristiques. Ouvrir les frontières pour les vacances d’été "n’a pas de sens dans une perspective à court terme", juge l’eurodéputée Karima Delli. L’écologiste suggère plutôt "des voyages courts dans les régions où l’on vit".

La décision de rouvrir les frontières intérieures de l’Union européenne reviendra au bout du compte aux Etats membres. Les autorités nationales sont pressées par l’ensemble du secteur touristique d’apporter des réponses le plus tôt possible.