DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Patrick et Isabelle Balkany la tête sous l'eau : la justice française alourdit leur peine de prison

Patrick Balkany à la Cour d'appel de Paris le 13 mai 2019
Patrick Balkany à la Cour d'appel de Paris le 13 mai 2019   -   Tous droits réservés  AP Photo/Francois Mori
Taille du texte Aa Aa

Le couple le plus controversé de la politique française a encore un peu plus la tête sous l'eau. La justice a alourdi les peines de Patrick et Isabelle Balkany, punissant notamment leur "fraude persistante" et un "enrichissement au détriment de la collectivité"; les juges ont même évoqué "un système parfaitement ancré dans le couple". Ils ont été condamnés mercredi 27 mai par la Cour d'appel de Paris à de la prison ferme pour blanchiment aggravé de fraude fiscale : 5 ans de réclusion pour lui, 4 ans pour elle.

Fin d'un long règne à Levallois-Perret

Les époux Balkany sont restés pendant plus de trente-et-un ans à la tête de la ville cossue de Levallois-Perret, dans le département des Hauts-de-Seine en région parisienne - Patrick, âgé maintenant de 71 ans, étant maire de mars 1983 à juin 1995 puis de mars 2001 jusqu'au 6 mars dernier, et Isabelle, 72 ans, l'assistant comme première adjointe.

Mais c'est bien fini puisqu'ils se sont vus confirmer par la Cour d'appel dix ans d'inéligibilité. Ils devront également payer chacun une amende de 100 000 euros. A quoi il faut ajouter la somme d'un million de dommages et intérêts qu'ils doivent régler à l'Etat français, qui s'est constitué partie civile au procès.

Un pourvoi en cassation ? Faut voir

L'ancien député - et l'un des cofondateurs - du parti de droite RPR, puis élu de l'UMP et du mouvement Les Républicains,est venu seul au tribunal parisien pour entendre le délibéré. Vieilli, le visage fatigué, il a accusé le coup, restant silencieux et préférant laisser la parole à son avocat.

THOMAS SAMSON/AFP
Patrick Balkany et son avocat, Romain Dieudonné, à la Cour d'appel de Paris le 27 mai 2020THOMAS SAMSON/AFP

Me Romain Dieudonné (ci-dessus aux côtés de Patrick Balkany) a simplement déclaré qu'ils allaient "réfléchir sereinement" à un éventuel pourvoi en cassation. Son client est resté cinq mois en détention, avant d'être libéré pour des raisons de santé à la mi-février dernier. Quant au défenseur d'Isabelle Balkany, Me Pierre-Olivier Sur, il a pour sa part dénoncé une décision judiciaire qu'il estime "disproportionnée".

Un riad, nous ? Jamais de la vie

Les Balkany sont soupçonnés d'avoir caché au fisc français 13 millions d'euros d'avoirs entre 2007 et 2014, grâce à leur habileté présumée à créer des sociétés offshore; parmi les biens concernés se trouvent notamment deux luxueuses propriétés, la villa "Pamplemousse" située sur la prestigieuse île de Saint-Martin, et le riad "Dar Guycy" à Marrakech, au centre du Maroc.

Le couple a finalement avoué qu'il avait acquis la maison aux Antilles mais continue de nier être propriétaire du riad. Le problème est que des enquêteurs y ont découvert des peignoirs bêtement laissés sur place, qui sont brodés avec des initiales évidentes : "PB"; des meubles également trouvés dans la résidence ont été comme par hasard payés par Isabelle Balkany.

De toute manière, les deux partenaires à la ville (Levallois-Perret) comme à la scène (politique) ne pourront plus en profiter. La justice a confirmé le 27 mai que ces précieuses demeures leur étaient confisquées. A noter cependant qu'une disposition particulière est prise pour leur résidence du moulin de Giverny, dans le département de l'Eure; une quote-part devra être restituée à leurs enfants.