DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Sondage Euronews : comment les Français, les Allemands et les Italiens vivent-ils le déconfinement ?

euronews_icons_loading
Sondage Euronews : comment les Français, les Allemands et les Italiens vivent-ils le déconfinement ?
Tous droits réservés  Francois Mori/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Faire les boutiques, boire un verre en terrasse ou retrouver sa classe. À travers l'Europe, ce sont des habitudes avec lesquelles on commence tout juste à renouer ou que l'on s'apprête à reprendre. Alors comment les Européens vivent-ils cette levée des restrictions ? C'est un des volets de l'enquête qu'a menée Euronews en partenariat avec Redfield & Wilton en France, en Allemagne et en Italie.

Le rythme du déconfinement

Nous avons d'abord voulu savoir si pour les citoyens de ces trois pays, la levée des restrictions se faisait au bon rythme. En France, les avis sont très partagés, mais ils sont 34 % à la trouver trop lente. En Allemagne, où le déconfinement a débuté tôt, 42 % des sondés estiment que le gouvernement va trop vite, tandis que les Italiens se disent satisfaits à 45 %.

La distanciation sociale

La question de la distanciation sociale divise aussi. Difficile à respecter en ville, elle va parfois à l'encontre des certains réflexes culturels.

Sans surprise, les pays méridionaux sont les plus pressés d'en finir. En France, 63 % sondés ont hâte que la distanciation ne soit plus imposée. En Italie, ils sont 54 %. Les Allemands n'ont pas d'avis très marqué sur la question.

Sentiment de sécurité

Le retour à la vie normale est loin d'être une évidence pour tous, et en France, une personne sur deux estime ne pas être en sécurité lorsqu'elle sort de chez elle. Le Allemands sont en confiance à 83 % et les Italiens à 60 %.

Retourner au travail est moins sujet à préoccupation dans les trois pays étudiés.

Qu'en sera-t-il des vacances ?

Alors que la saison estivale approche à grands pas, beaucoup d'incertitudes entourent les séjours à l'étranger. Une vaste proportion des personnes interrogées y a donc d'ores et déjà renoncé.

Ainsi, les Français et les Italiens comptent plutôt se déplacer à l'intérieur du pays, voire pas du tout. En Allemagne, ils sont plus nombreux, 26 %, à vouloir partir au-delà de leurs frontières.

Les pays du sud ayant été globalement plus touchés par la pandémie, le sentiment qui prévaut est qu'il ne serait pas sûr pour vacanciers du nord d'aller séjourner au sud.

Une certitude : les Européens n'attendent qu'une chose, l'extinction de la pandémie mondiale, même s'ils sont conscients qu'elle sera faite de soubresauts.