DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Face au Covid-19 et sans ses touristes, la difficile réalité au Sénégal

euronews_icons_loading
Une femme tient un poisson sur la plage de saint-Louis, Sénégal, le 18 mai 2013
Une femme tient un poisson sur la plage de saint-Louis, Sénégal, le 18 mai 2013   -   Tous droits réservés  Rebecca Blackwell/AP
Taille du texte Aa Aa

Au Sénégal, la ville de Saly, à une centaine de kilomètres au sud de Dakar, a été l'une des villes les plus impactées par la crise du coronavirus.

Destination privilégiée des touristes français, cette station balnéaire accueille chaque année plus de 1.6 million de personnes.

Le 15 mars dernier, le pays a décidé de fermer ses frontières. Les hôtels ont été contraints de suspendre leur activité. L'Hotels Saly, l'un des plus vieux de la ville, a brusquement perdu 50 % de son chiffre d'affaires. Si le propriétaire a mis quelques-uns de ses employés au chômage technique, ses charges fixes restent élevées.

D'autres ne s'en remettront pas. "Il y a déjà certains établissements, que ce soit restaurateurs ou hôteliers, qui disent qu'ils ne pourront pas tenir plus que quelques jours. Ils sont au bout du bout" affirme Véronique Chaplain, responsable marketing de "Hotels Saly". "Certains touristes vont revenir, mais il faut être réaliste, beaucoup seront inquiets".

Le marché artisanal de Saly est aussi sérieusement impacté. Omar Diankha, sculpteur, pense de plus en plus à abandonner son échoppe : "Ce sont les touristes étrangers qui achètent mes statues. Mais je n'en vends plus une seule. Si ça continue comme ça je pense que je vais regagner mon village et cultiver mon champ. Ça sera mieux pour moi que de rester ici".

A quelques kilomètres, la réserve de Bandia est également touchée. Passage obligé pour découvrir la faune et la flore locale, elle est fermée depuis le 15 mars. Le propriétaire espère que le gouvernement l'autorisera bientôt à rouvrir pour sa clientèle locale.

Le tourisme représente 10 % du PIB et emploie plus de 100 000 personnes. En trois mois, le Sénégal a déjà perdu l'équivalent de 225 millions d'euros. Mais il faudra tenir encore quelques semaines. Les frontières du pays resteront fermées au moins jusqu'au 30 juin.