DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : manipulation des chiffres et faux cimetières

euronews_icons_loading
Un faux cimetière de victimes du Covid-19 sur la plage de Copacabana au Brésil
Un faux cimetière de victimes du Covid-19 sur la plage de Copacabana au Brésil   -   Tous droits réservés  Leo Correa/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Dans plusieurs états américains, le déconfinement en ce moment, c'est un peu envers et contre tout.

En Floride, un nouveau record de contagions a été atteint mais les autorités continuent d'accélérer la levée des restrictions.

Etats-Unis

Nombre croissant de cas également dans d'autres états comme New York, mais Manhattan est bien l'une des dernières villes américaines à s'être déconfinée... 500 000 personnes sont retournées travailler cette semaine.

Aux Etats-Unis et au Brésil, deux vaccins sont déjà entrés dans une phase de tests.

Brésil

Le gouverneur de l'état de Sao Paulo l'a affirmé, c'est un jour historique pour la science mondiale avec ce "partenariat signé entre l'Institut Butantan et les laboratoires Sinovac pour la production d'un vaccin. 9 000 volontaires doivent participer dans quinze jours aux tests cliniques de ce produit."

Les mégapoles du pays, comme Sao Paulo, ont recommencé à s'ouvrir même si le Brésil a connu une nouvelle hausse très forte du nombre de cas de coronavirus ces dernières vingt-quatre heures.

Vision lugubre sur la plage de Copacabana transformée pour quelques heures en cimetière symbolique par des militants, dont l'un a perdu son fils, mort du Covid-19.

Russie

La propagation du virus en Russie est officiellement plus lente que celle du Brésil. Mais avec un demi-million de cas, c'est le troisième pays au monde le plus infecté. Les autorités ont commencé à assouplir le confinement dans de nombreuses régions, dont Moscou.

Le faible nombre de morts, à peine 6 000, continue de faire penser que les chiffres sont manipulés.

Inde

Fortes inquiétudes aussi en provenance de l'Inde, où la maladie n'a toujours pas atteint son pic, et où 10 000 nouveaux cas ont été enregistrés jeudi.

Le directeur du Conseil indien pour la Recherche médicale se veut pourtant rassurant et affirme que le pays n'est pas encore en phase de transmission communautaire et que l'expansion du virus reste très faible par rapport à la taille de l'Inde.

Mais pour le gouvernement, ce qui compte avant tout c'est mettre fin à une immobilité économique si dommageable pour le pays.