DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Serbie : victoire sans appel pour le président Vucic

euronews_icons_loading
Serbie : victoire sans appel pour le président Vucic
Tous droits réservés  Darko Vojinovic/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Le parti du président serbe Aleksandar Vucic a obtenu une victoire attendue mais écrasante aux élections législatives. Son parti de centre droit, le SNS (Parti serbe du progrès) a raflé 63% des voix. Une partie de l'opposition avait appelé au boycott.

Nous avons gagné partout, nous avons gagné là où nous n'avions jamais gagné
Aleksandar Vucic
Président serbe

Au pouvoir depuis 8 ans, le président qui fut deux fois Premier ministre, apparaît plus populaire que jamais. Il ne se présentait pas directement à ce scrutin législatif mais son nom figurait sur les bulletins comme chef du parti.

Boycott des partis d'opposition

Une partie de l'opposition avait appelé au boycott du scrutin.

"C'était attendu", dit cet habitant de Belgrade, "bien sûr ils ont gagné, c'était le seul parti dans ces élections. J'aurais aimé que ce soit différent".

"Je pense que le résultat reflète la réalité", estime cet autre, "cela a montré que le boycott de l'opposition n'avait pas de sens".

Les dirigeants de l'opposition dénoncent les dérives autoritaires dans leur pays et la main mise du pouvoir sur le paysage médiatique.

Dérive autoritaire

Neuf partis d'opposition avaient donc appelé les électeurs à rester chez eux.

Au final, la participation a été d'environ 50%.

Un taux dont se satisfait Dragan Djilas, fondateur de l'Alliance pour la Serbie. "Je suis content car il y a beaucoup de gens courageux aujourd'hui en Serbie qui ont dit "non" à toutes ces choses folles qui se passent dans notre pays", a t-il réagi.

L'UE "prise entre deux feux"

"Des observateurs de l'OSCE ont été déployé à travers la Serbie et publieront bientôt leur évaluation du vote. L'Union européenne semble prise entre deux feux. D'un côté l'opposition qui a appelé au boycott veut que l'UE intervienne et prépare le terrain pour un nouveau scrutin. D'autre part, le parti au pouvoir doit mettre en oeuvre ses promesses électorales, dont un renforcement de l'intégration européenne, et ce dans un pays politiquement très divisé", analyse notre correspondant à Belgrade Jorgen Samso.