DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : retour de boomerang en Asie, les pires bilans mondiaux atteints aux Etats-Unis

Une SDF argentine se cache le visage après le confinement d'un quartier à Buenos Aires, le 4 juin 2020
Une SDF argentine se cache le visage après le confinement d'un quartier à Buenos Aires, le 4 juin 2020   -   Tous droits réservés  AP Photo/Natacha Pisarenko
Taille du texte Aa Aa

Des premiers pays mis à genoux par le nouveau coronavirus jusqu'aux derniers, qui encaissent durement son offensive actuelle, tout le monde pensait qu'une fois chassé de leur territoire, le fléau poursuivrait sa route meurtrière un peu plus loin... Mais plus ou moins six mois après sa naissance en Chine, les autorités mondiales font l'amer constat d'un véritable retour de boomerang du Covid-19.

L'Organisation mondiale de la Santé l'avoue : la pandémie prend une bonne vitesse de croisière en Amérique, du Nord comme du Sud, et revient à l'attaque en Asie, particulièrement à Pékin, et maintenant à Séoul, la capitale de la Corée du Sud.

Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, explique en deux phrases pourquoi on est en droit de parler d'une "accélération" :

Il a fallu plus de trois mois pour que le premier million de cas soit signalé. Le dernier million de cas a été signalé en seulement huit jours

Six mois plus tard, plus de 469 000 morts sur la planète

A ce jour, plus de 9 millions de personnes contaminées à travers le monde sont dénombrées - et seulement par d'uniques sources officielles -, plus de la moitié se trouvent en Europe et aux Etats-Unis. Pour être plus précis, 9 017 016 cas d'infection s'affichent au compteur, et on déplore 469 060 morts au niveau mondial.

Les Etats-Unis détiennent les deux pires bilans en valeur absolue : ils viennent de passer la sinistre barre des 120 000 décès, selon des données de l'Université de référence Johns Hopkins; et plus de 2,31 millions d'Américains sont actuellement porteurs de la maladie.

Dans la liste des pays les plus endeuillés viennent ensuite le Brésil, avec 50 617 morts, puis en Europe, le Royaume-Uni avec 42 647 décès, l'Italie avec 34 657, et la France 29 663.

L'Allemagne obligée de confiner tout un canton

A noter qu'un autre pays européen, l'Allemagne, est rattrapé également par la pandémie. En Rhénanie du Nord-Westphalie, où plus de 1 500 employés d'un abattoir sont déjà infectés, les autorités ont annoncé mardi 23 juin qu'elles étaient contrées à confiner l'ensemble du canton de la ville de Gütersloh, qui compte environ 360 000 habitants.

8 membres de l'équipe de campagne de Trump positifs

La course macabre n'est malheureusement pas terminée puisque le bilan des victimes de la pandémie de coronavirus aux Etats-Unis pourrait dépasser les 150 000 morts. C'est le président américain en personne, Donald Trump, qui a préféré en avertir ses concitoyens.

Le locataire de la Maison Blanche semble d'ailleurs suivi à la trace par le Covid-19, sans toutefois être contaminé jusqu'à présent. Dans son entourage, tout le monde ne peut pas en dire autant, deux nouveaux membres de son équipe de campagne qui ont participé à l'organisation du meeting électoral de Tulsa, dans l'Oklahoma, ont en effet été testés positifs. Cela fait donc 8 au total car juste avant le début du rassemblement, samedi soir dernier, l'administration Trump avait annoncé que six de ses collaborateurs étaient infectés.

A lire aussi sur les Etats-Unis : des relents de la ségrégation dans le "vieux" Sud

AP Photo/Elmer Martinez
Un quartier pauvre de Tegucigalpa, la capitale du Honduras, le 17 mars 2020AP Photo/Elmer Martinez

Tristes records de cas positifs et de décès en Argentine

Plus au sud du continent américain, l'Argentine a enregistré ses chiffres les plus élevés de contaminations et de décès depuis l'entrée de la pandémie dans le pays. Le ministère argentin de la Santé a fait le point : le nombre de cas grimpe à 44 931, et le nombre de décès à 1 043, ce sont deux records.

Il faut dire que la "zone rouge" d'Amérique latine est juste à côté; le Brésil voisin, deuxième pays le plus meurtri au monde, accumule maintenant plus de 1,1 million d'habitants qui ont contracté la maladie.

Dans la région centrale, le Honduras, petit territoire d'environ 9 millions d'habitants, semble débordé par une situation de plus en plus critique. Les morts se comptent déjà par centaines, dans les zones les plus pauvres, des gens décèdent dans l'isolement sans jamais avoir pu sortir de chez eux.

L'Agence France-Presse a recueilli le témoignage de Jesus Moran, secrétaire de l'Association des pompes funèbres. Il raconte notamment ce qui se passe dans le nord du pays :

Ils enterrent la nuit entre dix et douze cadavres qui ont été entassés dans des remorques

La capitale sud-coréenne, brèche de la "deuxième vague"

Du côté asiatique, les autorités de Corée du Sud sont obligées d'admettre que leur combat pour repousser une "deuxième vague" de coronavirus est au plus fort. Entre 35 et 50 nouveaux cas d'infection sont répertoriés chaque jour, essentiellement à Séoul et dans sa périphérie. Et cela dure depuis plusieurs semaines...

Le directeur des Centres coréens de contrôle et de prévention des maladies, Jung Eun-kyeong, en a fait l'annonce mardi 23 juin :

Nous pensons que la deuxième vague dure depuis les vacances de mai