DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

SpaceX : retour sans encombres pour les deux astronautes américains

euronews_icons_loading
La capsule Dragon se pose dans le Golfe du Mexique
La capsule Dragon se pose dans le Golfe du Mexique   -   Tous droits réservés  Cory Huston/ NASA via AP
Taille du texte Aa Aa

SpaceX a ramené sur Terre les deux astronautes qu'elle avait emmenés sur le Station Spatiale Internationale.

En moins d'une heure, à bord de la capsule Dragon, Bob Behnken et Doug Hurley sont passés d'une vitesse de 28 000 km/h en orbite à une vitesse de 24 km/h au moment de l'amerrissage, grâce à quatre grands parachutes qui se sont ouverts comme prévu après l'entrée dans l'atmosphère. Ils ont amerri au large de Pensacola dans le golfe du Mexique, site choisi pour éviter une tempête tropicale dans le secteur.

Le président des Etats-Unis, Donald Trump a salué le retour des deux hommes. Pour le président américain, "l'avenir appartient à l'industrie spatiale privée".

"Je ne suis pas très religieux mais pour cette fois j'ai prié", a déclaré le fondateur de la société SpaceX, le milliardaire Elon Musk, une fois les deux astronautes ramenés à terre sains et saufs.

La capsule Dragon de Space X, le nouveau taxi de l'espace de la Nasa

Cet aller-retour réussi vers la Station spatiale internationale (ISS) est non seulement le premier assuré par une société privée (SpaceX a été fondé en 2002 par Elon Musk), mais il met fin au monopole russe pour l'accès à la station depuis que les Américains ont mis au garage leurs navettes spatiales en juillet 2011.

Bill Ingalls/NASA via AP
La capsule Dragon après avoir été récupéréeBill Ingalls/NASA via AP

Les capsules Dragon sont censées être réutilisables cinq à dix fois : l'exemplaire revenu dimanche semble en "très bon état", selon Gwynne Shotwell, la présidente de SpaceX, et sera réparé et inspecté dans un processus d'environ quatre mois, afin de revoler pour la mission du printemps 2021, avec Thomas Pesquet.

Elon Musk dit souvent qu'il rêve de coloniser Mars. Aucun programme concret n'existe, mais Gwynne Shotwell a répété le credo dimanche : la mission de Dragon doit être vue "comme un tremplin pour faire des choses encore plus dures, comme le programme Artemis et, bien sûr, aller sur Mars".