DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La nouvelle mission de MSF et Sea Watch marque la reprise des sauvetages de migrants par des ONG

euronews_icons_loading
La nouvelle mission de MSF et Sea Watch marque la reprise des sauvetages de migrants par des ONG
Tous droits réservés  MSF
Taille du texte Aa Aa

C'est la mission qui marque la reprise des missions de sauvetages de migrants en Méditerranée par des ONG après plusieurs semaines d'arrêt. Le navire mis à pied par Médecins sans Frontières et l'ONG allemande Sea-Watch a quitté le port de Borriana, près de Valence (Espagne), ce samedi.

Une mission décrite comme "essentielle" par les ONG. car au mois de juillet aucun navire n'avait opéré en Méditerranée, alors que les embarcations fuyant la Libye et la Tunisie se multiplient.

"Un certain nombre de bateaux de sauvetage d'ONG ont été immobilisés pour des raisons techniques, si bien qu'il n'y a actuellement aucun autre bateau de recherche et de sauvetage en Méditerranée centrale", souligne Hannah Wallace Bowman, responsable de la communication de MSF.

Jusqu'à présent, MSF travaillait pendant quatre ans avec SOS Méditerranée mais la crise sanitaire a scellé leur divorce du à des désaccords. En pleine crise du Covid-19, l'association humanitaire fournit une équipe médicale à bord et des procédures ont été mises en place pour éviter une propagation du virus.

"Tous les membres de l'équipage sont soumis à une quarantaine de 7 jours et doivent avoir un test PCR négatif avant d'embarquer", explique Barbara Deck, coordinatrice de projet médical. "Nous aurons également un contrôle quotidien de la température de tout l'équipage et, une fois que nous aurons embarqué les personnes sauvées, nous prendront aussi leur température".

Cette reprise des sauvetages survient dans un contexte de hausse des arrivées par rapport à l'année dernière. Entre début janvier et fin juillet, les tentatives de traversée au départ de la Libye ont augmenté de 91%, tandis que les arrivées de migrants en Italie ont augmenté de 150% selon le ministre italien de l'Intérieur, avec une majorité de Tunisiens fuyant un pays en crise.