DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Rassemblements contre les mesures sanitaires dans plusieurs villes d'Europe

euronews_icons_loading
Rassemblements contre les mesures sanitaires dans plusieurs villes d'Europe
Tous droits réservés  Michael Sohn/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Plusieurs rassemblements ont eu lieu ce samedi à travers l'Europe pour protester contre les restrictions, jugées liberticides, prises par les gouvernements pour faire face à la crise sanitaire. C'est à Berlin que la manifestation a été la plus massive.

Quelque 38 000 personnes ont participé ce samedi à une nouvelle marche "anticorona", pour protester contre les mesures sanitaires, ce samedi à Berlin.

La police a demandé à une partie des manifestants de se disperser. La raison invoquée par les autorités : des manifestants ne respectaient pas les gestes barrières, notamment la distanciation physique, cela malgré des demandes répétées des forces de l'ordre.

"Il n'y a d'autre option que de dissoudre le rassemblement", ont déclaré les policiers aux manifestants, en leur demandant d'évacuer la zone. Des journalistes présents sur place ont vu plusieurs personnes être arrêtées peu de temps après.

La journée s'est soldée par des affrontements impliquant, entre autres, des militants d'extrême droite. Environ 300 arrestations ont eu lieu, ont précisé les autorités allemandes.

"Arrêter la dictature du Corona"

Parmi les manifestants allemands, se trouvaient des familles, des militants d'opposition et des adeptes des théories du complot, d'après des journalistes sur place. Sur les pancartes, on pouvait lire des appels à la démission du gouvernement fédéral, mais aussi des injonctions à "arrêter la dictature du corona".

Les manifestants protestaient notamment le port du masque, jugé au mieux inutile, au pire comme une atteinte à la liberté visant à "contrôler la population" par certains. "Tout ce gouvernement est illégal, tout est illégal, et le corona est juste une grippe moyenne a forte. C'est une pandémie utilisée pour nous réduire en esclavage", déclarait ainsi un manifestant.

La manifestation avait fait l’objet en amont d'un imbroglio juridique. Le rassemblement avait été interdit par les autorités, qui ont avancé des raisons sanitaires. Mais la justice a levé cette interdiction, donnant raison aux organisateurs et permettant à la marche d'avoir lieu.

Zurich, Londres aussi... mais flop à Paris

Un rassemblement similaire s'est tenu à Zurich en Suisse. Plus d un milliers de citoyens ont défilé contre les masques, un hypothétique vaccin obligatoire et l'application du droit d'urgence en raison de la pandémie. Le mot d ordre de la journée était "retour a la liberté" et sur une pancarte, on pouvait lire par exemple, "je condamne la politique de la peur".

Sur Trafalgar Square, a Londres, ils étaient un a plusieurs milliers de participants, sceptiques au sujet du virus, adeptes des théories complotistes, ou anti vaccins... Tous, en tout cas, opposés aux lois restrictives et aux masques, qui sont désormais obligatoire a l’intérieur en Angleterre.

Le Royaume Uni a été l'un des pays les plus touchés par la pandémie. Elle a fait dans le pays plus de 36 000 morts.

En revanche, 200 à 300 personnes seulement se sont réunies à Paris, place de la Nation. Elles ont rapidement été encerclées par les policiers dont certains ont dressé des contraventions de 135 euros pour non-port du masque. Ce dernier est obligatoire partout dans la capitale française depuis vendredi matin.