DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Vaccin anti-Covid-19 : l'UE solidaire des pays pauvres

euronews_icons_loading
Vaccin anti-Covid-19 : l'UE solidaire des pays pauvres
Tous droits réservés  FRANCOIS WALSCHAERTS/
Taille du texte Aa Aa

L'Union européenne va aider les pays en développement à avoir accès au futur vaccin contre la Covid-19.

Une contribution de 400 millions d'euros

Bruxelles a répondu favorablement à l'appel de l'Organisation mondiale de la Santé en acceptant de rejoindre le dispositif "COVAX" destiné à lutter contre les inégalités face au financement des vaccins dans le monde.

L'UE va ainsi contribuer à hauteur de 400 millions d'euros sous forme de garanties, comme l'a expliqué dans une vidéo Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne :

"Cette contribution aidera à acheter et livrer des doses de futurs vaccins pour les pays à revenus faibles et moyens. En parallèle, nous poursuivons les négociations avec les sociétés pharmaceutiques pour acheter des doses de vaccins au nom des États membres de l'UE. Une chose est claire : nous ne serons pas en sécurité tant que tout le monde, que ce soit ici en Europe ou ailleurs, ne sera pas en sécurité. Nous avons besoin d'une solidarité mondiale."

Cette contribution aidera à acheter et livrer des doses de futurs vaccins pour les pays à revenus faibles et moyens.
Ursula von der Leyen
Présidente de la Commission européenne

183 000 morts aux Etats-Unis

Le coronavirus continue de se propager à travers le monde, notamment aux Etats-Unis qui recensent désormais depuis le début de cette crise six millions de cas de contaminations, dont un million de cas supplémentaires en moins d'un mois, alors que le nombre de décès dus au Covid-19 s'établit désormais à plus de 183 000. Face à ce lourd bilan, les autorités américaines envisagent d'autoriser un futur vaccin avant la fin des essais cliniques, a indiqué le chef de l'agence américaine des médicaments.

La pandémie a perturbé les services de santé

Enfin, l'OMS a publié les résultats d'une enquête qui révèle que la pandémie a perturbé les services de santé de 9 pays sur 10 dans le monde. Parmi les services les plus touchés figurent les vaccinations de routine, le planning familial ou encore le diagnostic et le traitement du cancer. L'OMS redoute que des progrès sanitaires majeurs réalisés au cours des deux dernières décennies soient anéantis.