DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Sport auto : Ferrari espère briller pour son 1 000e Grand Prix de F1

Une Ferrari SF1000 en livrée spéciale "1 000e Grand prix" sur le circuit de Mugello en Toscane dans le centre d'Italie, le 10 septembre 2010.
Une Ferrari SF1000 en livrée spéciale "1 000e Grand prix" sur le circuit de Mugello en Toscane dans le centre d'Italie, le 10 septembre 2010.   -   Tous droits réservés  AP Photo/Luca Bruno
Taille du texte Aa Aa

Ce devait être une belle fête, mais la pandémie et la mauvaise passe sportive du cheval cabré ont quelque peu changé la donne. Quoiqu'il en soit, Ferrari va fêter son 1000e Grand Prix de Formule 1 dimanche sur le circuit du Mugello, non loin de ses terres de Maranello en Toscane, dans le centre de l'Italie.

Pour l'occasion, les deux monoplaces de la vénérable Scuderia (équipe en italien) vont quitter l'espace de cette course leur traditionnelle couleur "Rosso Corsa" (rouge course). Les SF1000 de Sebastian Vettel et de Charles Leclerc arboreront ce 13 septembre une livrée bordeaux, à l'image de celle des voitures engagées par Enzo Ferrari en 1950 pour la première édition du championnat du monde de F1 en 1950.

Reproduction en modèle réduit de la Ferrari 125 F1 d'Alberto Ascari

Ferrari n'a pas participé à l'épreuve inaugurale de cette compétition, à Silverstone au Royaume-Uni, pour une sombre histoire de primes de départ. Les bolides, des 125 F1, prennent part à la seconde course organisée à Monaco le 21 mai 1950. Et pour sa première participation, Ferrari classe l'une de ses voitures sur le podium, à la seconde place, celle de l'italien Alberto Ascari.

Pour la petite histoire, une autre légende de la F1 s'est illustrée lors de ce premier Grand Prix monégasque. L'Argentin Juan Manuel Fangio, sur Alfa Romeo, remporte sa première victoire. Plus tard, Fangio rejoindra la Scuderia Ferrari en 1956 et remporta le titre de champion son quatrième titre de champion du monde cette année-là.

AP Photo
Juan Manuel Fangio remportant sur Ferrari le GP de Grande-Bretagne, le 14 juillet 1956AP Photo

Coronavirus oblige, seuls quelques spectateurs assisteront au Grand Prix de Toscane ce dimanche, organisé spécialement pour célébrer le 1 000e Grand Prix de Ferrari. Mais les Tiffosi qui assisteront aux 59 tours sur ce circuit de 5,2 km, propriété de Ferrari, espèrent sans aucun doute que les rugissants chevaux cabrés feront, sur leur terre, bien mieux, que lors des précédentes courses de cette édition 2020. Le bilan des deux derniers Grand Prix est, en effet, catastrophique : aucune voiture dans les points à Spa, deux abandons à Monza...

La Scuderia Ferrari connait même une longue période de disette de plus de 12 ans sans titre de champion du monde. Seul constructeur à avoir participé à tous les championnats du monde de F1 depuis 1950, Ferrari a décroché seize titres constructeurs, le dernier en 2008. Dans son histoire, la Scuderia s'est aussi octroyée 15 titres pilotes, le premier avec Alberto Ascari en 1952 et le dernier avec le Finlandais Kimi Räikkönen en 2007.

AP Photo/Victor R. Caivano
Kimi Raikkonen sur Ferrari, devant les McLaren-Mercedes de Lewis Hamilton et de Fernando Alonso, lors du Grand Prix du Brésil, sur le circuit d'Interlagos le 21 octobre 2007.AP Photo/Victor R. Caivano

Toutefois, le blason du cheval cabré ne pâtit pas de ces mauvais résultats sportifs. Les ventes sont même au beau fixe. En 2019, Ferrari a franchi pour la première fois de son histoire le seuil des 10 000 des voitures vendues (10 131 exactement). Ces ventes représentent une augmentation de 9,5% par rapport à 2018. Le chiffre d'affaire du constructeur italien est également en hausse avec 3,766 milliards d’euros, soit + 10,1% par rapport à l'année 2018. Par contre, le bénéfice net de Ferrari, qui est toujours dans le giron de Fiat, a lui chuté de 11% à 699 millions.