DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Nouvelles manifestations de migrants sur l'île de Lesbos

euronews_icons_loading
Nouvelles manifestations de migrants sur l'île de Lesbos
Tous droits réservés  Petros Giannakouris/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

L'île grecque de Lesbos est sous haute tension six jours après l'incendie qui a détruit le camp de Moria et jeté à la rue 12 000 demandeurs d'asile.

Ces femmes et ces enfants marchent pour réclamer l'aide de l'Union européenne. Ils dénoncent également les brutalités policières contre les migrants.

Beaucoup d'exilés, qui logeaient depuis des mois voire des années à Moria, refusent de se rendre dans les nouvelles installations érigées à la hâte par les autorités grecques.

"Selon les autorités, un groupe d'Afghans exercerait un chantage et terroriserait un grand nombre de réfugiés et de migrants. Ce groupe affirmerait que les réfugiés n'atteindront leur objectif de quitter l'île que s'ils restent dans la rue", rapporte notre envoyé spécial à Lesbos, Apostolos Staikos.

12 000 personnes sans abri

L'incendie du camp de Moria a rappelé l'urgence d'une solution pérenne. La commission européenne a avancé au 23 septembre la présentation de son projet très attendu de réforme de la politique migratoire.

L'annonce a été faite par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. "En accélérant les débats, nous espérons obtenir de meilleurs résultats" a t-elle dit.

"Nous avons discuté ensemble d'un centre d'accueil qui serait dirigé par des agences européennes et les autorités grecques", a t-elle précisé.

La politique migratoire de l'UE en cause

"La Grèce est un pays aux frontières extérieures de l'Union, c'est un pays qui a assumé une grande responsabilité, nous l'avons vu au printemps de cette année déjà. Et c'est pourquoi la Grèce a mérité un soutien, et ce soutien doit être organisé à un niveau européen, autant que possible", a souligné de son côté la chancelière allemande, Angela Merkel.

Sur les 12 000 migrants de Moria, 600 seulement se sont installés dans le nouveau camp.