DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Airpnp : des militants polonais provoquent un scandale avec une application de partage de toilettes

Airpnp : des militants polonais provoquent un scandale avec une application de partage de toilettes
Tous droits réservés  Czarek Sokolowski/AP2009
Taille du texte Aa Aa

A Varsovie, un collectif d'urbanistes a fait les gros titres des journaux en diffusant des annonces pour une nouvelle application censée permettre aux utilisateurs de louer leurs toilettes moyennant finance.

"Nous avons tous des besoins physiologiques de base", peut-on lire dans la publicité d'Airpnp (abréviation d'Air Poo and Pee, Air Caca et Pipi en français dans le texte, qui est aussi un jeu de mot avec le nom d'une célèbre application de location ). "Beaucoup d'entre nous ont des difficultés à utiliser les toilettes publiques. Il est souvent difficile de trouver rapidement des toilettes proches ou suffisamment propres. Maintenant, vous n'avez plus à vous en soucier".

On ne sait pas exactement combien de personnes ont téléchargé l'application ou combien ont été à l'inverse rebutées par les multiples problèmes d'hygiène que le concept soulève.

Quoi qu'il en soit, l'application s'est révélée finalement comme étant factice ; il s'agit en réalité d'une campagne de communication pour dénoncer un supposé manque de toilettes publiques dans la capitale polonaise.

"Nous réfléchissions à la manière de soulever la question du manque de toilettes publiques dans la ville, et nous avons pensé que si nous le faisions de manière classique, cela n'attirerait peut-être pas beaucoup l'attention", a expliqué Jan Mencwel, président de Miasto Jest Nasze, à Euronews.

Cette fausse application et vraie publicité n'est pas sans rappeler la véritable application lancée lors du Mardi Gras de la Nouvelle-Orléans en 2014, qui permettait de faire payer l'utilisation des toilettes privées aux citoyens.

Dans les 24 heures qui ont suivi sa mise en ligne, la publicité polonaise a été partagée par des centaines d'utilisateurs sur Facebook et Twitter, et a été reprise par certains médias nationaux, dont Polsat News et Business Insider.

Certains restent sceptiques

Quelques-uns ont compris qu'il s'agissait d'un coup de pub, d'autres non.

"Dans les années 1980, les gens pensaient que nous aurions des voitures volantes ... Qu'est-ce que nous avons ? Une application qui permet de gagner de l'argent en partageant ses toilettes", a écrit une personne sur Twitter.

"Je peux fournir un bac à litière", a blagué un autre utilisateur.

Selon M. Mencwel, l'idée de faire campagne pour plus de toilettes publiques est née après que le collectif Miasto Jest Nasze a découvert que Varsovie avait beaucoup moins de toilettes publiques que certaines capitales voisines.

Il a enregistré 153 toilettes dans toute la capitale polonaise, ce qui n'est "pas terrible, et pas bon comparé à des villes comme Berlin et Prague", qui en ont respectivement 653 et 243.

En plus d'attirer l'attention sur le manque de toilettes publiques à Varsovie, M. Mencwel a également déclaré que son association pensait qu'il serait intéressant de "soulever la question de savoir si le modèle de particulier à particulier utilisé par Uber et Airbnb présente de nombreux défauts que nous ne voyons pas".

"Ce modèle est basé sur les interactions entre les gens, mais en même temps sur la monétisation de ces interactions, et souvent fondé sur un manque de services publics", a-t-il dit. "Ainsi qu'un manque de réglementation et de contrôle".

Euronews a contacté Airbnb pour obtenir des commentaires mais n'a pas encore reçu de réponse à ce jour, 18 septembre. Uber n'a pas souhaité faire de commentaires.

Cartographier les petits coins

Miasto Jest Nasze, la plus grande plateforme citoyenne en Pologne - elle a fait élire plusieurs candidats au niveau local -, espère mobiliser pour le développement durable et la modernisation de la ville.

Suite aux résultats de son enquête sur les toilettes publiques, Miasto Jest Nasze a créé une application, réelle celle-ci, qui collecte sur le site web de la ville des données concernant leurs emplacements et les présente dans un format adapté aux téléphones portables.

M. Mencwel a souligné que l'association encourage les gens à vérifier les toilettes signalées sur la carte pour voir dans quel état elles sont et à les tenir informés par e-mail.

Le groupe prévoit d' "ajouter des informations supplémentaires afin que, lorsque vous êtes dans la rue, vous puissiez voir via votre téléphone portable s'il s'agit d'installations appropriées pour les personnes handicapées, les femmes enceintes ou les personnes avec un jeune enfant, par exemple".

Euronews a contacté le bureau du maire de Varsovie mais n'a pas encore reçu de réponse.