DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Mort de Samuel Paty : le combat de la France contre l'islam radical

euronews_icons_loading
Rassemblement à Conflans-Sainte-Honorine en hommage à Samuel Paty
Rassemblement à Conflans-Sainte-Honorine en hommage à Samuel Paty   -   Tous droits réservés  Lewis Joly/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Après le meurtre brutal de Samuel Paty, la France se mobilise contre l'islam radical qui a frappé le pays à plusieurs reprises ces dernières années.

Des mesures précipitées ?

Le président Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures, dont la fermeture d'une mosquée et la dissolution d'associations accusées de propager des idéologiesextrémistes. Mais certains jugent la stratégie d'Emmanuel Macron disproportionnée et dangereuse.

"_Désigner des cibles nouvelles pour faire croire qu'on est en train d'agir est contre-productif", _souligne l'avocat Nabil Boudi.

Désigner comme cela des cibles nouvelles pour faire croire qu'on est en train d'agir est contre-productif(...) Le gouvernement est tombé dans le piège qui lui a été tendu.
Nabil Boudi
Avocat

Nabil Boudi estime que la décision du gouvernement de dissoudre des associations sans avoir mené au préalable une enquête approfondie est contraire aux procédures en vigueur et contribue à stigmatiser davantage la communauté musulmane en France.

"Quel est l'objectif principal d'une organisation terroriste ? Nous faire perdre nos valeurs. Quelles sont nos valeurs ? L'Etat de droit, l'institution judiciaire\_, la séparation des pouvoirs, la liberté d'expression, la présomption d'innocence. Toutes ces valeurs risquent d'être violées actuellement. Donc le gouvernement est tombé dans le piège qui lui a été tendu._"

Distinguer les musulmans des islamistes radicaux

Pour d'autres, comme l'imam Hassen Chalghoumi, il en va de l'intérêt de la communauté musulmane d'établir une distinction claire entre l'idéologie radicale et les musulmans français modérés et respectueux des loi, qui constituent l'immense majorité.

Anelise Borges : "Avez-vous peur de l'amalgame ?"

"Non, j'ai peur de l'amalgame qui salit ma religion. J'ai peur qu'on dise que l'islam, c'est l'islamisme. J'ai peur qu'on dise que l'islam, c'est les terroristes", souligne Hassen Chalghoumi.

Pour l'imam, les musulmans sont les premières victimes de l'islam radical. Hassen Chalghoumi est sous protection policière depuis une dizaine d'années après qu'il a apporté son soutien à une loi interdisant le voile intégral dans les lieux publics en France.

"Il faut nettoyer cette vermine islamiste, le poison de l'islam qui nous menace. Je suis menacé par l'islamisme, ma vie est perturbée par l'islamisme. J'ai eu plusieurs menaces de mort. Je le dis, je le répète à \_tous les dirigeants européens et à notre Président : faites des actions, allez de l'avant, protégez nos enfants._"

J'ai peur de l'amalgame qui salit ma religion. J'ai peur qu'on dise que l'islam, c'est l'islamisme. J'ai peur qu'on dise que l'islam, c'est les terroristes.
Hassen Chalghoumi
Imam

Cinq ans après les attentats de Charlie Hebdo, la mort de Samuel Paty remet la question de l'islam et de la liberté d'expression au centre des débats en France. Le pays peine toujours à résoudre ses maux et à parler d'une seule voix.