PUBLICITÉ

Svetlana Tikhanovskaïa maintient la pression sur le président Loukachenko depuis le Danemark

Svetlana Tikhanovskaïa maintient la pression sur le président Loukachenko depuis le Danemark
Tous droits réservés Emil Helms/AP
Tous droits réservés Emil Helms/AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La cheffe de file de l'opposition bélarusse a participé à une marche de soutien, ce vendredi à Copenhague, au Danemark, où elle est en visite, et à deux jours de la fin de l'ultimatum qu'elle a lancé au président Alexandre Loukachenko pour démissioner sans quoi elle appellera à une grève générale.

PUBLICITÉ

La cheffe de file de l'opposition bélarusse a participé à une marche de soutien ce vendredi à Copenhague, au Danemark, où elle est en visite.

La veille Svetlana Tikhanovskaïa et neuf autre personnalités de l'opposition bélarusse se sont vu décerner le prix Sakharov des droits de l'homme par le Parlement européen.

Le prix arrive à un moment clé : Svetlana Tikhanovskaïa, qui a dû se réfugier en Lituanie, a donné au chef de l'Etat Alexandre Loukachenko jusqu'à ce dimanche 25 octobre 2020 pour démissionner, menaçant d'appeler à une grève générale et à intensifier les manifestations.

"Nous pensons qu'une grève nationale aura lieu, mais si ce n'est pas le cas, qu'elle ne se déroule pas comme nous le souhaitons, ou comme le peuple le souhaite, nous allons continuer à nous battre parce que la volonté du peuple ne peut pas être changée", a déclaré Svetlana Tikhanovskaïa depuis Copenhague où elle s'est notamment entretenue avec le ministre danois des Affaires étrangères.

Elle demande en outre la libération de tous les "prisonniers politiques". De nombreux responsables de mouvements politiques, d'organisations syndicales et des journalistes ont été arrêtés depuis le début de la contestation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pologne: le Bélarus fait peser la crainte de l’arrivée de clandestins

La tension monte entre la Russie et le Comité International Olympique

JO 2024 : les sportifs russes et bélarusses privés de défilé lors de la cérémonie d’ouverture