DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Manifestation anti-restrictions à Varsovie, après un durcissement des mesures sanitaires

euronews_icons_loading
Manifestation anti-restrictions à Varsovie, après un durcissement des mesures sanitaires
Tous droits réservés  AP Photo/Czarek Sokolowski
Taille du texte Aa Aa

Des affrontements ont éclaté entre manifestants et policiers samedi dans la capitale polonaise Varsovie, lors d'un rassemblement contre les restrictions liées à la crise du Covid-19. Cette manifestation hétéroclitea rassemblé des travailleurs, des commerçants ou des supporters de football, venus exprimer leur mécontentement face aux décisions du gouvernement.

La Pologne est dernièrement passée en zone rouge, poussant les autorités à prendre des mesures sanitaires plus strictes. Beaucoup s'inquiètent, notamment pour l'avenir des petits commerces, comme Paweł Tanajno, l'un des leaders de la manifestation : "On dit à nos clients : restez chez vous, portez un masque, vous êtes en danger, et donc la consommation s'effondre. C'est tragique !"

La manifestation a également attiré nombre de "corona-sceptiques", des personnes mettant en doute le nombre d'infections ou la dangerosité du virus, comme cette manifestante interrogée par notre reporter Magdalena Chodownik : "Je demande à mes amis, qui demandent à leur amis, si quelqu'un est tombé malade. La réponse est non."

Flambée des contaminations

Pourtant selon les chiffres officiels, la Pologne a enregistré ces derniers jours plus de 13 000 cas quotidiens de contaminations au Covid-19, le chiffre le plus élevé depuis le début de la pandémie. Une situation qui a poussé le gouvernement à agir : "En raison du nombre croissant de nouveaux cas, des mesures supplémentaires ont été introduites pour limiter la transmission du virus. Les restaurants, cafés et bars ont été fermés, et les rassemblements publics ont été limités à 5 personnes", explique Jan Bondar, le chef de l'inspection sanitaire.

Selon les experts de la santé, ces mesures peuvent réellement limiter le nombre d'infections si elles sont correctement appliquées. Pawel Grzesiowski est pédiatre et fondateur de l'Institut de prévention des infections : "Ce qui nous inquiète le plus, c'est qu'environ 500 à 700 personnes se rendent chaque jour à l'hôpital. Nous comprenons que ce n'est que la partie visible de l'iceberg", estime le médecin.

Si nous sommes aussi disciplinés qu'en mars et avril, nous serons capables d'aplatir cette courbe de maladie en deux semaines, et c'est ce que nous voulons vraiment.
Pawel Grzesiowski
Pédiatre et fondateur de l'Institut de prévention des infections

Samedi, c'est président de la Pologne, Andrzej Duda, qui a été testé positif au Covid-19. Malgré cette situation préoccupante, de nombreuses manifestations ont été organisées contre les mesures sanitaires. Et les participants ont d'ores et déjà déclaré qu'ils ne comptaient pas s'arrêter là.