EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Au Bélarus, les opposants à Loukachenko débutent une grève générale

Au Bélarus, les opposants à Loukachenko débutent une grève générale
Tous droits réservés AP/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés AP/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Cette initiative, lancée par l'opposante en exil Svetlana Tikhanovskaïa, intervient au lendemain d'une manifestation qui a réuni plus de 100 000 personnes à Minsk.

PUBLICITÉ

Le mouvement de contestation au Bélaruss franchit une nouvelle étape. La cheffe de l'opposition Svetlana Tikhanovskaïa a annoncé ce lundi le début d'une grève générale, au lendemain d'une grande manifestation à Minsk contre le régime. Des ouvriers, des employés, notamment dans le secteur des transports et des étudiants ont défilé pacifiquement dans les rues de la capitale.

"Tôt ce matin, les travailleurs de plusieurs entreprises ont annoncé une grève et malheureusement la police anti-émeutes et le KGB ont commencé à disperser et à arrêter les travailleurs, a annoncé Franack Viacorka, conseiller diplomatique de la cheffe de l'opposition. Donc la suite des événements est difficile à prédire."

La grève est lancée au lendemain de l'expiration de l'ultimatum lancé par la cheffe de l'opposition au président Alexandre Loukachenko. Un ultimatum pour obtenir la démission du chef de l'Etat. Mais celui-ci tient bon. Il bénéficie toujours du soutien de Moscou.

Selon une ONG, plus de cent manifestants ont été arrêtés, rien que ce lundi matin. Dimanche, plus de 500 personnes ont été interpellées à travers le pays.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un citoyen lituanien est mort dans une prison au Bélarus

Bélarus : élections étroitement contrôlées, l'opposition appelle au boycott

Un prisonnier politique bélarusse meurt d'une pneumonie faute de soins médicaux