DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les tensions entre Paris et Ankara prennent de l’ampleur

euronews_icons_loading
Les tensions entre Paris et Ankara prennent de l’ampleur
Tous droits réservés  Emrah Gurel/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

La colère est visible en Turquie mais elle semble traverser l’ensemble du Proche-Orient. Ankara dénonce les propos du président français sur la liberté d’expression qui permet la caricature du prophète Mahomet.

Les autorités turques appellent au boycott des produits français qui sont retirés des rayons des supermarchés. "Surtout ne prêtez pas attention aux marques françaises, ne les achetez pas", lance le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Les critiques se multiplient au Proche-Orient et dans le monde arabe depuis le discours d’Emmanuel Macron lors de l’hommage rendu à Samuel Paty, décapité dans un attentat islamiste. Cet enseignant a été tué pour avoir montré en classe des caricatures du prophète lors d’un cours sur la liberté d’expression. Le président français a assuré qu’il n'était pas question de renoncer à la liberté de caricaturer.

A deux reprises pendant le week-end le président turc a remis en cause la "santé mentale" du dirigeant français. Paris a finalement rappelé son ambassadeur à Ankara et l’UE a très rapidement apporté son soutien à la France.

Dans un tweet le chef de la diplomatie européenne estime que les propos du responsable turc sont inacceptables. Josep Borrell demande à la Turquie de mettre un terme à cette dangereuse spirale de confrontation.

Plusieurs capitales européennes, dont Berlin, ont apporté leur soutien à la France. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, souligne que l’Allemagne est "solidaire" de Paris "à la fois concernant les attaques personnelles du président Erdogan à l’encontre du président Macron ", mais aussi "dans la lutte contre l’extrémisme islamique".

Beaucoup s’interrogent sur l’issue et les conséquences de cette escalade verbale. L’analyste Amanda Paul du European Policy Centre souligne que les autorités turques doivent faire "attention à propos du boycott commercial vu la situation économique actuelle en Turquie, et la France est un des pays avec lequel Ankara a une balance commerciale positive".

Les relations entre la Turquie et une grande partie de l’Union européenne sont déjà tendues. Cette nouvelle confrontation risque d’éloigner plus encore la possibilité d’un dialogue apaisé.