L'Union européenne augmente son soutien à l'aide alimentaire en France

Banque alimentaire aux Lilas, en Seine-Saint-Denis
Banque alimentaire aux Lilas, en Seine-Saint-Denis Tous droits réservés AFP
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les associations caritatives en France s'en félicitent : les financements européens destinés à l'achat de denrées alimentaires pour la période 2021-2027 s'élèveront à 870 millions d'euros. Une augmentation de 48%, appréciée alors que le nombre de pauvres augmente, depuis la crise sanitaire.

PUBLICITÉ

 Ce mardi, Olivier Véran s'est rendu dans un entrepôt des banques alimentaires à Gennevilliers, en banlieue parisienne. Avec une bonne nouvelle. Le ministre de la  Santé a annoncé que le soutien de l'Union européenne à l'aide alimentaire en France allait augmenter de 48%. 

C'est un quart de l'aide alimentaire en France qui est financée par l'Europe

Pour la  période 2021-2027, les financements européens s'élèveront à 870 millions d'euros. Une augmentation rendue possible grâce au plan de relance européen, mis en oeuvre pour combattre la crise économique pendant la pandémie. Les associations se sont félicitées de cette nouvelle.   

"Sans les bénévoles, sans l'action de ces associations, la situation serait encore plus dure pour les Français, a déclaré Olivier Véran, le ministre de la Santé,  et on sait qu'en période de confinement, c'était déjà le cas au printemps, le recours à l'aide alimentaire est croissant dans notre pays."

"Il y a un soutien européen qui est massif dans cette solidarité, dans cette action d'aide alimentaire, ajoute Clément Beaune, secrétaire d'Etat aux Affaires européennes. C'est un quart de l'aide alimentaire en France qui est financée par l'Europe et nous avons renforcé cette action."

Plus de 8 millions de personnes bénéficieraient de l’aide alimentaire en France. 

Les stocks ont fondu depuis le mois de mars, et les associations ont constaté que de nouvelles catégories sociales, jusqu'à présent épargnées, basculaient dans la précarité. Des étudiants, des saisonniers, des chômeurs, mais aussi des artisans ou des petits entrepreneurs. La crise sanitaire aurait appauvri un million de Français, qui rejoignent les 9,3 millions de personnes vivant déjà au-dessous du seuil de pauvreté.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Elections européennes : les Républicains font campagne sur l'immigration à Menton

Paris se débarrasse-t-elle de ses migrants en vue des JO ?

Disparition du petit Emile : les ossements de l’enfant ont été retrouvés