DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L’aide financière de l’UE à l’Afghanistan

Par Efi Koutsokosta
euronews_icons_loading
Echange lors de la conférence des donateurs à Genève
Echange lors de la conférence des donateurs à Genève   -   Tous droits réservés  Denis Balibouse/AP
Taille du texte Aa Aa

L'UE confirme son soutien à l'Afghanistan. A l'occasion de la conférence des donateurs, réunis virtuellement à Genève, les institutions européennes ont promis une enveloppe de plus d'un milliard d'euros à Kaboul pour l'aide d'urgence et le développement à long terme.

Toutefois tous les participants ont reconnu que les efforts de paix étaient sapés par les violences en cours dans le pays. Le nombre de victimes civiles ne diminue pas malgré le lancement des négociations de paix. Près de 6 000 personnes ont été victimes cette année des combats, dont 31% d'enfants et 13% de femmes. "La communauté internationale a le droit, le devoir et la responsabilité de tenir les talibans responsables devant le monde entier et de parvenir à un cessez-le-feu, non pas demain mais aujourd'hui", insiste l’envoyé spécial de l’UE pour l’Afghanistan, Roland Kobia.

Denis Balibouse/AP
Réunion virtuelle de la conférence des donateurs à GenèveDenis Balibouse/AP

Les Afghans représentent la 2e communauté à déposer des demandes d'asile dans l'Union européenne. Mais pour Roland Kobia cette situation n'explique pas uniquement l'implication des 27. "Il y a aussi le trafic de drogue. L'Afghanistan est le premier producteur d'héroïne au monde. Il y a un ensemble de questions dont l'extrémisme, l'extrémisme violent, l'idéologie radicale, tout cela peut dépasser les frontières afghanes et atteindre nos pays", précise l’envoyé spécial européen.

Des troupes américaines et étrangères sont présentes en Afghanistan depuis près de 20 ans. Le retrait de ces soldats fait partie de l'accord conclu entre Washington et les talibans. Mais pour de nombreux diplomates et experts, ce départ risque de déstabiliser le fragile processus de paix. "Donald Trump laisse un cadeau empoisonné au président élu Joe Biden. Il est très probable que Joe Biden fasse marche arrière et confirme que le niveau actuel des forces américaines est nécessaire jusqu'à une amélioration sur le terrain", juge Fabrice Pothier, chef stratégie chez Rasmussen Global.

D'après l’expert, l'Union européenne ne peut que se cantonner à apporter un soutien financier. Les 27 ont peu de leviers pour intervenir dans le processus de paix et sur les choix à venir concernant l'Afghanistan.

Journaliste • Grégoire Lory