EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Le Royaume-Uni se reconfine

Le Royaume-Uni se reconfine
Tous droits réservés Frank Augstein/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Frank Augstein/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Londres tente de freiner le rebond de la pandémie de Covid-19, et opte pour un reconfinement total.

PUBLICITÉ

Le Royaume-Uni tente d'endiguer la progression fulgurante de la pandémie de Covid-19 : le pays accélère sa campagne vaccinale et dispose désormais de deux vaccins. Mais compte tenu du variant particulièrement contagieux qui sévit Outre-Manche, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé ce lundi le retour à un confinement total.

"La majeure partie du pays étant déjà soumise à de très fortes restrictions, il est clair que nous devons faire davantage ensemble pour juguler ce nouveau variant, pendant que nous déployons la vaccination. En Angleterre, nous devons donc instaurer un confinement national, qui soit suffisamment strict. Cela veut dire que le gouvernement vous ordonne une fois de plus de rester chez vous".

Une décision sur recommandation des autorités sanitaires, selon lesquelles les capacités des services de soins intensifs pourraient arriver à saturation d'ici trois semaines : plus de 50 000 nouveaux cas de Covid-19 sont recensés chaque jour et depuis Noël, le nombre d'admissions dans les hôpitaux a bondi de près de 50 %.

Les écoles, collèges et lycées vont rester fermés au moins jusqu'à la mi-février, tout comme les établissements du supérieur. Interdiction de sortir de chez soi, donc, sauf exception, pour faire ses courses, un peu d'exercice ou pour raison médicale.

Si le pays de Galles et l'Irlande du Nord s'étaient reconfinés dès le 26 décembre, l'Ecosse, va désormais leur emboîter le pas avec, là aussi, des mesures renforcées.

"Sans forcer le trait, on peut dire que je suis encore plus inquiète de la situation que nous devons affronter aujourd'hui, que je ne l'ai été depuis le mois de mars l'an dernier", affirme la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon. "La forte augmentation du nombre de cas, humainement, cela veut dire, que bien plus de personnes tombent malades et vont en mourir. C'est pourquoi nous devons agir rapidement et de manière décisive".

Le Royaume-Uni, qui déplore plus de 75 000 morts liés à la pandémie, a vacciné plus d'un million de personnes contre le Covid-19 en l'espace d'un mois, avec le vaccin de PfizerBioNtech, et a commandé 100 millions de doses de celui d'AstraZeneca-Oxford, moins coûteux et plus facile à stocker.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

COVID-19 : Rishi Sunak défend son action et relativise son rôle

Le Hamas affirme que "tous les hôpitaux" du nord de la bande de Gaza sont "hors service"

Europe : pourquoi les médecins vont mal