DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Vaccins russes, couvre-feu et remous politiques : la Slovaquie face au Covid-19

euronews_icons_loading
Livraison du vaccin russe Spoutnik V à l'aéroport de Kosice (Slovaquie), le 01/03/2021
Livraison du vaccin russe Spoutnik V à l'aéroport de Kosice (Slovaquie), le 01/03/2021   -   Tous droits réservés  Frantisek Ivan/Tlačová agentúra SR
Taille du texte Aa Aa

En Slovaquie, la décision de Premier ministre de commander unilatéralement des vaccins russes suscite des remous. Les autorités ont imposé un couvre-feu nocturne pour tenter de freiner la progression de l'épidémie.

Des vaccins russes qui arrivent en Slovaquie : c'était ce lundi dans la ville de Kosice.

Ce pays d'Europe centrale a emboîté le pas à la Hongrie pour s'approvisionner en vaccins auprès de Moscou.

2 millions de doses ont ainsi été commandées par le Premier ministre Igor Matovič, à qui il est reproché aujourd'hui de ne pas avoir attendu le feu vert des autorités sanitaires.

Même les autres partis de la coalition au pouvoir n'ont pas été informés.

La présidente slovaque, elle même, a exprimé son inquiétude au sujet de cette commande.

Face aux remous, Igor Matovič a indiqué ce jeudi qu'il était disposé à faire marche arrière et renoncer au vaccin russe, si cela posait vraiment problème.

« Cela augmente nos chances d'être vaccinés ! »

Euronews s'est rendu dans la ville de Komárno à la frontière avec la Hongrie.

Que pensent les habitants du vaccin russe ?

« Moi, je n'ai rien contre, dit un habitant. Cela augmente nos chances d'être vaccinés ! »

Mais certains font part de leur mécontentement vis-à-vis de la réponse du gouvernement face à l'épidémie.

« Ils sont vraiment mauvais ! », lâche un homme.

Taux de mortalité et couvre-feu

La Slovaquie est devenue en quelques jours, le pays qui enregistre le plus de décès par rapport au nombre d'habitants.

C'est le variant anglais du Covid-19 qui progresse le plus, ce qui accentue la pression sur les hôpitaux. Au point que plusieurs patients ont dû être transférés en Pologne pour y être soignés.

Les autorités se sont refusées à instaurer un confinement total. Elles ont opté pour un couvre-feu nocturne. Interdiction de sortir de chez soi entre 20h et 5h du matin, sauf motifs impérieux. Cette mesure a été adoptée pour au moins 15 jours.

En journée, la population est invitée à limiter ses déplacements. Les contrôles aux frontières sont renforcés.

« Depuis lundi, explique l'envoyé spécial d'euronews Ádám Magyar_, les habitants doivent porter des masques comme celui-là dans les magasins et dans les transports publics._

De nouvelles restrictions devraient être bientôt adoptées. Et si c'est nécessaire, le gouvernement n'exclut pas un confinement général. »