DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La pandémie expose davantage les enfants aux dangers d'internet : l'exemple de la Roumanie

Par Mari Jeanne Ion
euronews_icons_loading
Health Week
Health Week   -   Tous droits réservés  euronews
Taille du texte Aa Aa

La pandémie de Covid-19 a bouleversé le quotidien des enfants. Alors qu'ils passent deux fois plus de temps devant les écrans, ils risquent d'être davantage confrontés au harcèlement en ligne, à l'envoi de textes ou photos à caractère sexuel ou de souffrir de dépendance aux jeux vidéo.

Contenus illégaux et abus sexuels

En Roumanie, Save the Children constate une hausse des signalements. "L'an dernier, on a reçu plus de 1160 demandes de conseils au sujet de problèmes liés à internet," indique Gabriela Alexandrescu, présidente exécutive de l'organisation.

"On nous a aussi informés de nombreux contenus illégaux découverts en ligne par des enfants, parents ou autres adultes : on nous en a signalé plus de 1500," explique-t-elle avant d'ajouter : "La majorité de ces contenus, environ 1100, était liée à des situations d'abus sexuels sur des enfants."

Les psychologues roumains indiquent que le contexte de pandémie perturbe la santé mentale et le bien-être émotionnel chez les plus jeunes. Et dans les cas où les enfants ne souffrent d'aucun abus, leur comportement peut simplement avoir changé, constatent les parents.

Des troubles très divers

"Comme les cours se sont faits à distance, il y a eu des difficultés de concentration, d'irritabilité et il y a eu davantage de troubles du sommeil et de l'alimentation," affirme Mihaela Dinu, psycholgue.

"Les enfants souffrant d'anxiété sociale se sont sentis dans une situation plus confortable parce qu'ils avaient moins de contacts avec l'extérieur, mais il y a des fragilités pré-existantes qui aujourd'hui, sont plus fortes," précise-t-elle.

"C'est très difficile de surmonter cela"

En réponse à la pandémie, Save the Children Roumanie a adapté ses séances de conseil et son service d'écoute téléphonique. L'organisation travaille aussi avec des volontaires adolescents qui apprennent à leur entourage à se protéger des dangers d'internet.

Patricia, lycéenne volontaire, raconte : "Je connais quelqu'un qui a vécu une expérience désagréable en étant exposé à des photos publiées sur internet et c'est très difficile pour cette personne de surmonter cela."

Les spécialistes roumains alertent sur le fait que l'intimidation et le harcèlement sur internet peut être source d'anxiété, de peur, de dépression et même de stress post-traumatique chez les enfants et les adolescents.

D'après une enquête de Save The Children Roumanie, 63% des enfants, enseignants et parents estiment que la sécurité des plus jeunes sur internet est une question vitale auquel les autorités ne se sont pas encore attaquées.