EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Troubles mentaux, décrochage... : les dégâts du confinement sur les enfants

Des élèves attendent leur tour avant d'entrer en classe à Paris, le 14 mai 2020
Des élèves attendent leur tour avant d'entrer en classe à Paris, le 14 mai 2020 Tous droits réservés Thibault Camus, AP
Tous droits réservés Thibault Camus, AP
Par Olivier Peguy
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le confinement a eu un impact parfois très négatif sur l'équilibre des enfants en Europe. Plusieurs études pointent du doigt notamment les risques de décrochage scolaire.

PUBLICITÉ

Le confinement a eu un impact parfois très négatif sur l'équilibre des enfants en Europe. Plusieurs études pointent du doigt notamment les risques de décrochage scolaire.

Le déconfinement en Europe se traduit par un retour progressif des enfants dans les écoles. Les enseignants mesurent alors ce qu'ils pressentaient : l'impact parfois très négatif des longs mois de confinement.

Impact sur le niveau scolaire, avec certains élèves ayant accumulé en trois mois, beaucoup de retard dans l'apprentissage.

Impact aussi sur la santé mentale des enfants, entre l'anxiété liée à l'épidémie, et les troubles causés par l'isolement social.

C'est ce qui ressort d'une étude menée ces dernières semaines par l'ONG Save the Children dans plusieurs pays européens (Allemagne, Finlande, Espagne et Royaume-Uni).

"Peur" et "mal"

Paolo Petralia dirige l'hôpital pédiatrique Gaslini à Gênes, en Italie. Il explique que ses équipes médicales ont reçu, durant le confinement, des messages de la part de certaines familles.

"Dans les courriels et les dessins que nous avons reçus des familles, deux mots revenaient souvent : 'peur' et 'mal'. Le fait d'être à la maison était donc représenté de manière négative." rapporte-t-il.

Dans les courriels et les dessins que nous avons reçus des familles, deux mots revenaient souvent : "peur" et "mal".
Paolo Petralia

De son côté, Sandra Zampa, haut-fonctionnaire au ministère italien de la Santé analyse les résultats d'études sur le sujet : "Être forcé de rester à la maison sans pouvoir aller à l'école, sans pouvoir garder des habitudes qui sont sources de sécurité pour les enfants... Tout cela a eu des conséquences sur beaucoup d'enfants."

Cette crise sanitaire et les mesures de confinement ont jeté une lumière crue sur la fracture numérique, l'accès très inégale aux équipements informatiques pour suivre les cours et faire les devoirs.

Et puis il y a ces enfants handicapés ou en difficulté qui n'ont plus reçu l'accompagnement personnalisé dont ils bénéficient d'ordinaire.

Et puis les conditions d'apprentissage rendues plus difficiles pour les familles mal-logées.

D'où la crainte de décrochage scolaire chez une partie des élèves. Et le sentiment que les systèmes éducatifs en paieront les conséquences pendant plusieurs années.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Elections européennes : que veulent les électeurs et que promettent les candidats

Changement d'heure : quels sont ses effets sur votre santé ?

En Afghanistan, plus d'un million de filles n'ont pas accès à l'éducation au début de l'année scolaire