DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le chef de la diplomatie du Bélarus admet une réponse aux manifestations "parfois excessive"

Par euronews
euronews_icons_loading
Le chef de la diplomatie du Bélarus admet une réponse aux manifestations "parfois excessive"
Tous droits réservés  Sergei Grits/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Au Bélarus, la contestation ne faiblit pas. Depuis la réélection controversée du président Loukachenko en août dernier, les manifestations pacifiques sont réprimées à coups d'arrestations massives et de violence. Le pays se targue d'avoir le soutien de Moscou, mais il se retrouve très isolé sur la scène internationale. Alors comment restaurer les relations tendues avec l'Occident ?

Eléments de réponse avec le chef de la diplomatie bélarusse Vladimir Makei :

"Nous voyons les événements de l'année dernière sous un autre angle. Oui, il est possible que le gouvernement ait agi parfois avec des méthodes excessives, mais c'était une réaction appropriée à des protestations violentes et absolument pas pacifiques qui ont eu lieu au Bélarus."

Minsk reconnait un coup porté à la démocratie mais n'en assume pas la responsabilité :

"Même une organisation des droits de l'Homme aussi connue que Freedom House , et qui n'a aucune sympathie pour le Bélarus, a déclaré le 28 avril que notre pays était désormais plus éloigné de la démocratie qu'auparavant. Et je suis tout à fait d'accord avec cela. La question est de savoir pourquoi cela s'est produit ? Pourquoi le Bélarus a-t-il été rejeté ? Et à cause de qui ? C'est une question rhétorique et elle s'adresse en premier lieu à ces défenseurs des droits de l'homme qui sont en Europe."

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU réclame des "élections libres et régulières" au Bélarus et une enquête sur les abus commis dans ce pays. Jusqu'à présent, Alexandre Loukachenko n'a donné aucun signe d'ouverture.