DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

A Milan, 800 néofascistes font un salut romain en hommage à un militant décédé

Par Maxime Bayce
Plusieurs centaines de militants néofascistes via Paladini à Milan (Italie), le 29 avril 2021.
Plusieurs centaines de militants néofascistes via Paladini à Milan (Italie), le 29 avril 2021.   -   Tous droits réservés  Capture d'écran
Taille du texte Aa Aa

Des centaines de bras tendus pour un hommage qui fait froid dans le dos. Le 29 avril, à Milan, environ 800 militants italiens d'extrême droite se sont réunis pour célébrer l'anniversaire de la mort d'un membre de la mouvance néofasciste assassiné il y a 56 ans.

Dans la foule, des militants de groupes de la mouvance néofasciste issus de Casa Pound, Lealta Azione et Forza Nuova, la plupart sans masque et sans respect de la distanciation sociale, comme on peut le voir sur ces images captées par l'agence d'images russe Sputnik.

Après avoir défilé jusqu'à l'endroit (Via Paladini) où a été tué en 1975 Sergio Ramelli par des membres d'un groupuscule d'extrême-gauche, les centaines de personnes présentes ont réalisé un salut romain, au garde à vous.

Trois fois d'affilée l'un d'eux crie en italien "Camarade Sergio Ramelli ?", à quoi on lui répond "présent!". Il s'agit d'un rituel que l'on retrouve régulièrement dans le milieu néofasciste italien lors d'hommages, par exemple à Benito Mussolini, comme ici en 2019 à Predappio (Emilie-Romagne), ville où est né le duce.

Plus déconcertant encore, quelques figures de la politique milanaise avaient fait le déplacement. Comme Massimiliano Bastoni, conseiller municipal et régional membre de la Lega de Matteo Salvini ou deux représentants de Fratelli d'Italia, parti tout ce qu'il y a de plus établi puisqu'il compte dans ses rangs 36 députés et 20 sénateurs.

Comme le rappelle la Repubblica, la figure du jeune Sergio Ramelli, il avait 19 ans au moment de sa mort, a été durant des années un "terrain d'affrontement idéologique à Milan". Mais en 2014, le maire de centre-gauche de la ville a décidé de prendre part à la cérémonie d'hommage du 29 avril, cette fois-ci sans salut fasciste. Depuis, elle s'est institutionnalisée. Cette année encore Beppe Sala, l'édile milanais a déposé une gerbe de fleurs sur un petit monument en hommage à Ramelli.

La vidéo partagée ce lundi sur le Twitter français par Thomas Porte, a été vue plus d'un demi-million de fois en moins de 24 heures. "Le fascisme est là", commente le porte-parole du mouvement Génération.s.

Ce n'est pourtant pas la première fois qu'un hommage accompagné de saluts romains est rendu Via Paladini à Milan. En 2020, toujours selon la Repubblica, 1200 militants néofascistes étaient présents. Cinq d'entre eux, dont un responsable de CasaPound et un éditeur d'extrême droite, avaient été condamnés par un tribunal de la ville.

En Italie, s'il existe bien une loi condamnant les propos, les actions ou les gestuelles faisant l'apologie du fascisme, le salut romain n'est pas pour autant formellement interdit. En 2018, la Cour de cassation de Milan avait estimé que, réalisé dans un contexte non-violent et commémoratif, il ne peut être prohibé.