DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L’UE appelle au dialogue en Colombie

euronews_icons_loading
Un manifestant près d'une barricade
Un manifestant près d'une barricade   -   Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

L'Union européenne demande à la Colombie de s'engager dans un dialogue constructif avec tous les acteurs politiques. Après deux semaines de contestation contre le gouvernement, la réunion entre le président colombien et les représentants des manifestants n'a pas permis de dégager de solution.

Au moins 27 manifestants et un policier ont été tués lors de ces rassemblements. L'ambassadeur colombien auprès des institutions européennes assure que la justice enquête sur une soixantaine d'accusations d'usage excessif de la force. Mais il dénonce aussi l'implication de groupes radicaux dans ces événements. "La violence s'est infiltrée au milieu des manifestations, une violence systémique qui a engendré une situation qui affecte la vie de tous les citoyens", explique Felipe García Echeverri.

Une réforme fiscale est à l'origine des protestations. Malgré le retrait du texte par le gouvernement, la mobilisation se poursuit et ce avec la même intensité. La colère s'est même accentuée après l'intervention des forces de l'ordre.

C'est l'analyse faite par la diaspora colombienne à Bruxelles. "Je pense qu'il y a un manque de volonté de la part du gouvernement colombien. Mais je pense qu'il y a aussi un manque d'intervention plus important encore de la part de l'UE, des Etats-Unis et de la communauté internationale pour peser auprès du gouvernement", résume Hugo Orejuela du Movimiento Marcha Patriotica qui souligne le caractère guerrier de la réponse des forces de l’ordre.

Les 27 demandent de ne pas recourir à la violence pour réprimer les manifestations. Ils condamnent aussi ceux qui rejoignent ces rassemblements dans le but uniquement de commettre des actes de vandalisme.

Journaliste • Grégoire Lory