This content is not available in your region

Covid-19 : la Hongrie vaccine ses 16-18 ans

Access to the comments Discussion
Par Olivia Harangozó
euronews_icons_loading
Covid-19 : la Hongrie vaccine ses 16-18 ans
Tous droits réservés  Euronews

En Hongrie, c'est au tour des adolescents d'être vaccinés contre le Covid-19. Le Premier ministre Viktor Orban a donné son feu vert. Les 16-18 ans vont pouvoir recevoir leur première injection du sérum Pfizer. Près de la moitié de cette tranche d'âge, soit plus de 90 000 jeunes, se sont déjà inscrits. Ils doivent néanmoins présenter une autorisation parentale.

Tamás Seffer est un lycéen de 17 ans, il a décidé de se faire vacciner pour protéger sa famille :

"J'étais impatient de me faire vacciner. Lorsqu'on a annoncé pour la première fois que mon groupe d'âge serait vacciné, j'ai hésité, est-ce que je vais me faire vacciner ou pas ? Mais quelques semaines avant qu'ils ne commencent officiellement la vaccination, je savais que je le ferais."

Bence Csizmazia ne voulait pas non plus ramener le virus à la maison, c'est pourquoi il a demandé à se faire vacciner. De nombreux membres de sa famille attendent encore d'être vaccinés :

"Je fais de la compétition, du vélo et pour le bien de ma famille et de mes amis et pour mon propre bien, je ne voulais pas l'attraper" explique ce lycéen hongrois.

Le virus touche aussi les plus jeunes, selon le virologue Miklós Rusvai. Les symptômes apparaissent souvent des mois après la fin de l'infection, c'est pourquoi il estime qu'il est important qu'ils soient eux aussi vaccinés : "Des enfants entre 6 et 11 ans ont déjà été vaccinés dans des groupes pilotes. Je pense que d'ici l'automne, à la prochaine rentrée scolaire, tous les enfants en âge d'aller à l'école, seront vaccinés."

"Six vaccins sont disponibles en Hongrie : Pfizer/BioNTech et Moderna, les vaccins d'AstraZeneca et de Johnson & Johnson ainsi que ceux du chinois Sinopharm et du russe Sputnik V. Près de 4,5 millions de personnes ont déjà reçu leur première dose, selon les plans du gouvernement, d'ici la mi-juin, ceux qui n'acceptent que les vaccins occidentaux, pourront être vaccinés" indique notre correspondante à Budapest, Olivia Harangozó.