EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Emmanuel Macron fer de lance de la lutte contre le terrorisme sur internet

Emmanuel Macron fer de lance de la lutte contre le terrorisme sur internet
Tous droits réservés Vincent Yu/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Vincent Yu/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved.
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Emmanuel Macron a réuni en visioconférence les leaders signataires de "l'appel de Christchurch" contre les contenus terroristes en ligne. 55 Etats ont rejoint ce réseau créé par la France et la Nouvelle-Zélande après la tuerie qui avait fait 51 morts dans une mosquée néozélandaise le 15 mars 2019.

PUBLICITÉ

 Lutter contre les contenus terroristes en ligne, c'est l'objectif de cette rencontre par visioconférence entre 55 pays, et des représentants d'entreprises technologiques. Les leaders signataires de "L'appel de Christchurch" cherchent à contrôler internet. 

Une difficulté technique par exemple, c'est d'empêcher les diffusions d'images en live. En Nouvelle-Zélande, dans la ville de Christchurch en 2019, l'assassin avait filmé en direct le massacre de 51 musulmans dans une mosquée.

Jacinda Ardern, la Première ministre de la Nouvelle-Zélande a déclaré : "Nous devons comprendre comment les algorithmes, les internautes à risque et les réseaux extrémistes interagissent sur le chemin de la radicalisation afin de trouver des moyens d'intervenir positivement."

 Depuis le Fort de Brégançon, la résidence du président de la République dans le sud de la France, c'est Emmanuel Macron qui a mené la réunion de "L'appel de Christchurch", réseau lancé par la Nouvelle-Zélande et la France juste deux mois après la tuerie dans la mosquée. Ce mouvement a notamment débouché sur une réforme du Forum mondial d'internet contre le terrorisme (GIFCT), initialement fondé par Facebook, Microsoft, Twitter et YouTube, et désormais devenu un lieu d'échange entre gouvernements et acteurs de l'internet pour bloquer la diffusion de contenus terroristes et mettre en place des protocoles de crise qui s'appliquent juste après un attentat.

Signe encourageant, les Etats-Unis s'y sont joints, alors que Donald Trump refusait d'y adhèrer. La Russie et la Chine en revanche ne font pas partie du groupe.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nouvel an : La Nouvelle-Zélande a été l'un des premiers pays à accueillir 2024

No Comment : Auckland, première grande ville à entrer dans l'année 2024

Nouvelle-Zélande : le futur Premier ministre dévoile une coalition de compromis