EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Les Hongrois retournent dans les salles obscures

Les Hongrois retournent dans les salles obscures
Tous droits réservés frame
Tous droits réservés frame
Par Romain Mazenod
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Plusieurs festivals de cinéma se tiennent en ce moment dans le pays. L'occasion d'inciter le public à retourner dans les salles obscures après sept mois de fermeture due au Covid-19.

PUBLICITÉ

Voilà un festival dont le nom est de circonstance : "Il est temps d'aller au cinéma". L'événement se tient en Hongrie. L'occasion de découvrir des films qui ont fait sensation à la Berlinale ou à la Mostra de Venise mais qui ne sont pas encore sortis officiellement dans le pays.

Vingt-deux cinémas ont rejoint l'initiative de celui de Cirko. Ils étaient fermés depuis novembre. En ouverture, le film français "Effacer l'historique" avec son humour loufoque. Pour être accepté dans les salles, il faut être muni d'un certificat d'immunité et d'une carte d'identité.

"Nous demandons au public d'assister masqués à nos projections, explique Zsuzsanna Deak. C'est notre choix, ce n'est pas obligatoire mais nous avons réalisé une enquête auprès de notre public et à une écrasante majorité, les gens ont dit qu'ils seraient plus rassurés avec le masque et c'est pour cela que nous avons décidé de rouvrir."

Le festival dit de la "chair fraîche" a aussi projeté plusieurs courts-métrages tout ce week-end. Comme le nom le suggère, il s'agit de faire connaître des jeunes réalisateurs émergents aussi bien au public qu'aux professionnels du Septième art.

Prévu initialement en mars, l'événement a été reporté en raison du Covid-19. Le slogan de cette année est simple et fait référence à la pandémie : "La vie est courte".

"Qui sait comment le monde tournera ? Nous souhaitons suggérer que chaque minute dont nous disposons doit être mise à profit pour faire quelque chose qui en vaut la peine, explique Daniel Deak, le directeur du "Festival de la chair fraîche". C'est le sens des films de Friss Hus parce qu'ils offrent un contenu intéressant, créatif, passionnant. La vie est trop courte pour regarder de mauvais films et il n'y a que des bons films ici."

Les organisateurs appellent chacun à la prudence mais espèrent que l'engouement pour le cinéma ne demande qu'à refaire surface. La principale enseigne d'exploitants du pays, Cinema City rouvre jeudi prochain.

Journaliste • Romain Mazenod

Video editor • Romain Mazenod

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Hongrie, premier débat électoral sur la télévision publique depuis 18 ans

Peter Magyar, le nouveau visage de l'opposition hongroise

L'opposition hongroise sur les terres de Viktor Orbán