DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Inclure davantage l’égalité dans la durabilité proposée par Pacte vert européen

Par Grégoire Lory
euronews_icons_loading
Inclure davantage l’égalité dans la durabilité proposée par Pacte vert européen
Tous droits réservés  MARTIN BUREAU/AFP
Taille du texte Aa Aa

Le transport représente un quart des émissions de CO2 dans l'Union européenne. C'est aussi un secteur qui cristallise de nombreuses inégalités. Le genre est par exemple un élément déterminant du mode de mobilité. Les femmes marchent davantage et utilisent plus souvent les transports en commun. Les hommes, généralement disposent d’un revenu plus élevé, ont plus recours à une voiture individuelle.

La nature des déplacements varie aussi fortement. "Le transport est presque complètement organisé autour du schéma : maison - travail, travail - maison et c'est fondamentalement une structure très masculine", explique Thorfinn Stainforth du Institute for European Environmental Policy. "Les femmes en général ont des structures plus compliquées elles peuvent peut-être se déplacer pour les besoins de la famille, aller chercher les enfants, s'occuper des parents". Pour cet analyste des programmes d’économie circulaire et à faible carbone une solution serait de disposer de capacités de transports en commun plus étendues et d’un système de facturation qui permette de voyager avec plus de flexibilité.

Selon des études les entreprises de transport comptent en moyenne 80% d'hommes. Cette très forte représentativité dessine les politiques de mobilité mais aussi les véhicules et les stations qui ne sont pas nécessairement adaptés pour les personnes qui se déplacent avec enfants ou avec des courses.

Le risque d’une discrimination environnementale

La discrimination des déplacements ne concerne pas uniquement le genre. La fracture peut être aussi économique. "Si l'on concentre le déplacement durable uniquement sur les voitures électriques et que l'on subventionne les personnes qui peuvent acheter des véhicules hybrides ou des voitures électriques, sans surprise cela va bénéficier principalement aux hommes et aux revenus élevés", souligne Patrizia Heidegger du Bureau européen de l’environnement. "L'intégration de l'égalité dans une politique de durabilité signifie investir là où cela profite au plus grand nombre et s'assurer que les concepts de mobilité prennent en compte comment les hommes et les femmes se déplacent différemment, comment aider ceux qui vivent dans les zones moins bien desservies", insiste la responsable des politiques globales et durables.

Ces inégalités dépassent le secteur du transport. Elles se retrouvent à différents échelons de la société et créent une forme de discrimination environnementale explique Patrizia Heidegger. Elle donne l’exemple des communautés roms qui vivent dans des campements séparés des villes "où elles sont exposées à de hauts niveaux de dégradation environnementale, à des contaminations chimiques, à la pollution de l'air et au manque de service".

Le Pacte vert est l'occasion de gommer ces discriminations. Mais la société civile regrette que ce projet à l'échelle de l’UE n'intègre pas suffisamment la question de l'égalité dans la mise en œuvre d'une société durable.