EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Nucléaire iranien : négociations à Vienne, l'AIEA "inquiète"

Nucléaire iranien : négociations à Vienne, l'AIEA "inquiète"
Tous droits réservés Florian Schroetter/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Florian Schroetter/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La communauté internationale tente de ressusciter l'accord de 2015 avec Téhéran

PUBLICITÉ

Le nucléaire iranien est toujours au cœur des préoccupations internationales. Un nouveau round de négociations est en cours à Vienne pour tenter de ressusciter l'accord de 2015. Mais les positions semblent se durcir. L'Agence internationale de l'énergie atomique s'est dit inquiète cette semaine de nouvelles irrégularités dans le programme nucléaire de l'Iran.

Cette analyste souligne les divergences qui persistent entre les différents camps. "Nous en avons un signe très clair dans les candidatures qui ont été acceptées pour les prochaines élections présidentielles iraniennes et qui viennent toutes essentiellement du camp conservateur" explique Nathalie Tocci, directrice de l'Institut des Affaires internationales à l'université de Tübingen.

En visite en Israël, le sénateur américain, Lindsey Graham a lui assuré qu'il ferait tout pour empêcher le régime iranien de poursuivre son programme nucléaire. "J'espère que nous pourrons trouver une alternative au Plan d’action global commun, pour répondre aux inquiétudes de la région sur le fait que l'Iran abuse de son droit d'enrichissement et puisse un jour avoir une bombe. Je n'ai jamais été aussi inquiet d'une course à l'armement nucléaire qu'aujourd'hui", a déclaré l'élu républicain, soutien de l'Etat hébreu.

Dans un nouveau rapport, l'AIEA a dénoncé lundi l'existence de plusieurs sites iraniens non déclarés. En outre, l'organisation pointe que le pays comptabilise une quantité d'uranium faiblement enrichi près de seize fois supérieure à la limite autorisée par l'accord de 2015. Ces dernières années, le régime iranien s'est affranchi progressivement de ses obligations, en réaction aux rétablissements des sanctions américaines par Donald Trump.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Iran ne "souhaite pas se doter d'arme nucléaire", si ses droits sont respectés

L'AIEA discute de sécurité nucléaire

Iran : Ebrahim Raïssi, portrait d'un dirigeant ultra-conservateur