Conflit au Tigré : nouvelle offensive des rebelles, la situation humanitaire alarmante

Conflit au Tigré : nouvelle offensive des rebelles, la situation humanitaire alarmante
Tous droits réservés Ben Curtis/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Programme alimentaire mondial a annoncé qu'un convoi de 50 camions était arrivé à Mekele, la capitale de la région éthiopienne du Tigré.

PUBLICITÉ

Les forces rebelles du Tigré, région séparatiste du nord de l’Éthiopie, ont lancé une nouvelle offensive ce mardi, les combats ayant notamment touché un camp de réfugiés, selon des sources humanitaires.

Huit mois de conflit

L'armée éthiopienne, épaulée par les troupes érythréennes, avait lancé en novembre dernier une opération militaire contre cette région dissidente. Après avoir proclamé victoire, les combats ont repris voyant l'armée fédérale reculer progressivement sous la pression des rebelles qui affirment aujourd'hui contrôler une grande partie de la région.

L'ONU condamne les exactions contre les civils

Ce conflit qui s'enlise préoccupe la communauté internationale. Elle dénonce les exactions contre les civils, des massacres et des violences sexuelles qui auraient été commis notamment par les troupes érythréennes, dont l'ONU exige le retrait rapide et vérifiable de la région.

La famine menace 400 000 personnes

Autre préoccupation majeure, la famine menacerait plus de 400 000 personnes au Tigré, où l'aide humanitaire peine à arriver.

Le Programme alimentaire mondial a toutefois annoncé qu'un convoi de 50 camions était arrivé à Mekele, la capitale de la région du Tigré.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : en Ethiopie, les femmes tigréennes célèbrent l'Ashenda

Trois navires commerciaux ont été attaqués ce dimanche en mer Rouge

Des centaines de migrants éthiopiens tués par des gardes-frontières saoudiens, selon HRW