DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Paris mise sur le Pass sanitaire pour contrer le variant Delta

Par euronews
euronews_icons_loading
Tente mobile de dépistage du Covid-19, Versailles, France, 15 juillet 2021
Tente mobile de dépistage du Covid-19, Versailles, France, 15 juillet 2021   -   Tous droits réservés  Michel Euler/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Pour contrer "un virus qui contamine à la vitesse de l'éclair", le projet de loi du gouvernement sur l'obligation vaccinale des soignants et l'extension du Pass sanitaire aux restaurants, trains et centres commerciaux a commencé son chemin au Parlement avant une éventuelle adoption en fin de semaine.

La vague épidémique peut "monter très vite et elle peut monter très haut", a prévenu lundi soir le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal :

"Nous sommes entrés dans une quatrième vague du virus, si nous partons d'un faible nombre de contaminations, la dynamique de l'épidémie est extrêmement forte. Nous constatons une vague plus rapide, une pente plus raide que toutes les précédentes. Nous devons tout mettre en oeuvre dès maintenant pour que cette vague ne soit pas aussi plus dévastatrice. Nous partons de bas mais cette vague peut monter très vite et elle peut monter très haut. Le taux d'incidence poursuit son explosion dans notre pays, il atteint désormais 86 pour 100 000 habitants au niveau national, selon les chiffres corrigés du jour férié du 14 juillet, soit une augmentation de près de 125% en une semaine. Une hausse de ce type, je le dis, aussi forte, aussi soudaine, nous n'en avions jamais connue depuis le début de l'épidémie dans notre pays."

Une hausse de ce type, je le dis, aussi forte, aussi soudaine, nous n'en avions jamais connue depuis le début de l'épidémie dans notre pays.
Gabriel Attal
Porte-parole du gouvernement français

Le projet de loi, adopté lundi soir par le conseil des ministres, prévoit notamment l'extension du Pass sanitaire (prouvant la vaccination complète, un test négatif récent ou l'immunisation) notamment aux cafés, restaurants et trains "à partir de début août".

Le pass sanitaire contre le Covid-19 devra également être présenté dans un certain nombre de lieux pouvant accueillir plus de 50 personnes, comme des salles de cinéma, de spectacle, de jeux, de sport ou des musées, selon un décret paru mardi 20 juillet au Journal officiel, qui entrera en vigueur mercredi.

Sont également concernés par cet abaissement de la jauge, "les événements culturels, sportifs, ludiques ou festifs organisés dans l'espace public ou dans un lieu ouvert au public".

Mais des incertitudes demeurent quant à son application aux centres commerciaux : le gouvernement souhaite maintenir l'obligation de le présenter dans les plus grands établissements mais doit trouver la bonne formule en tenant compte de l'avis du Conseil d'Etat qui juge que l'accès aux biens de première nécessité doit être garanti.

La contravention, en cas de premier manquement à l'obligation de contrôle du Pass sanitaire, pourra aller "jusqu'à 1 500 euros", soit bien moins que l'amende de 9 000 euros d'abord envisagée, mais retoquée par le Conseil d'Etat.

Si l'isolement obligatoire de 10 jours pour toutes les personnes malades du Covid-19 a bien été validé par le Conseil d'Etat, il n'y aura pas de contrôle de son respect par les forces de l'ordre entre 23h et 08h du matin, conformément aux recommandations de la juridiction.

Un décret paru ce jour prévoit aussi qu'un laissez-passer sanitaire anti-Covid devra être présenté dans un certain nombre de lieux accueillant au moins 50 personnes, contre 1 000 précédemment, comme des salles de spectacles, des salles de jeux, de sport ou des musées.

Dans tous les cas, le gouvernement prévoit une "période de rodage" d'une durée limitée, évoquant "une semaine" ou "un peu plus", afin d'"accompagner les professionnels" dans la mise en place du Pass.

Mais tout ceci alimente la colère des anti-Pass sanitaire qui étaient 100 000 à manifester dans plusieurs villes de l'hexagone le week-end dernier.

Des actes de vandalisme ont aussi été commis dans plusieurs centres de vaccination ces derniers jours, comme dans les Pyrénées-Atlantique et en Isère.

Le texte sera examiné ce mardi en commission à l'Assemblée nationale, puis mercredi après-midi dans l'hémicycle. Mercredi matin, le chef de l'Etat tiendra un nouveau conseil de défense consacré au Covid-19. Le Premier ministre Jean Castex sera ensuite l'invité du journal de 13h de la chaîne française privée TF1. Ce sera jeudi au tour du Sénat, dominé par la droite, d'examiner le texte en vue d'une adoption définitive d'ici à la fin de la semaine, au bout de la session extraordinaire de juillet.

Sources additionnelles • AP, AFP