Le Tribunal Spécial pour le Liban pourrait fermer, par manque de ressources financières

Le Tribunal Spécial pour le Liban à La Haye
Le Tribunal Spécial pour le Liban à La Haye Tous droits réservés Fred TANNEAU, AFP
Tous droits réservés Fred TANNEAU, AFP
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Tribunal Spécial pour le Liban va-t-il devoir fermer ? L'institution basée à la Haye aux Pays-bas, n'a plus les ressources financières pour poursuivre son objectif : juger les auteurs d’attaques terroristes commises dans les années 2000 contre des politiciens et journalistes libanais.

PUBLICITÉ

Le Tribunal Spécial pour le Liban (TSL) va-t-il devoir fermer ? L'institution basée à la Haye aux Pays-bas, n'a plus les ressources financières pour poursuivre son objectif : juger les auteurs d’attaques terroristes commises dans les années 2000 contre des responsables politiques et des journalistes libanais.

L'affaire la plus emblématique, c'est l'assassinat en 2005 du Premier ministre libanais Rafic Hariri. Le Tribunal Spécial demande au conseil de sécurité de l'ONU de se prononcer sur la suite à donner aux deux procès en cours.

Pour fermer, il faut néanmoins liquider les deux affaires toujours en cours à Leidschendam, banlieue de La Haye, aux Pays-Bas, où siège ce tribunal. Dans le procès Hariri, le procureur et la défense ont fait appel contre un jugement rendu en août dernier, où un seul des quatre accusés est condamné, Salim Ayyash. Dans le second procès, Salim Hayyash, est à nouveau poursuivi dans les tentatives d’attentats de deux politiciens et l'assassinat d'un troisième.

Mais pourquoi le TSL ne peut-il plus fonctionner?

Le TSL est financé à moitié par le Liban, et par des contributions volontaires d'États, dont la France. Alors que le pays est ravagé par une crise économique, Beyrouth ne peut plus payer.

Si le Tribunal Spécial pour le Liban ferme, justice sera-t-elle rendue? Le Tribunal spécial pour le Liban a demandé au Conseil de sécurité des Nations unies, le 13 juillet dernier, de se prononcer sur la suite à donner aux procès en cours.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Audience nationale ouvre un procès contre Luis Rubiales pour le baiser non consensuel avec Jenni Hermoso

Autriche : Josef Fritzl pourrait être libéré prochainement

En Roumanie, Andrew Tate va être jugé pour traite d'êtres humains et viol