DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les Afghans exfiltrés par la Hongrie, parqués dans des conteneurs qui font polémique

Access to the comments Discussion
Par Nora Shenouda
euronews_icons_loading
Les Afghans exfiltrés par la Hongrie, parqués dans des conteneurs qui font polémique
Tous droits réservés  Darko Vojinovic/Copyright 2017 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement hongrois a évacué plus de 500 Afghans, et plus de 300 d'entre eux sont arrivés en Hongrie. Il s'agit de personnes qui ont aidé les missions hongroises au cours des 20 dernières années sur le terrain. Parmi elles, au moins 126 enfants. Tous ont été emmenés vers les ex-zones de transit près de la frontière avec la Serbie.

Les Afghans sont venus en famille : il y a des enfants, des personnes âgées, des femmes, et nombreux sont ceux qui sont extrêmement traumatisés. Ils ont été placés dans des conteneurs par les autorités hongroises. L'installation, entourées de barbelés, est fortement gardée.

Ces citoyens afghans n'ont pas encore obtenu l'asile : les réfugiés passent 10 jours en quarantaine sanitaire à dans ces camps de Röszke et Tompa, à la frontière, et ils ont commencé la procédure d'immigration, qui prendra au moins 21 jours. Un scandale pour ce militant des droits de l'Homme

"Le ministre de l'Intérieur a le pouvoir de reconnaître ces personnes comme des réfugiés sans aucune procédure d'immigration. Il a cette possibilité, explique Zsolt Szekeres, avocat, membre du Comité Helsinki de Hongrie. Selon mes informations, il ne choisira pas cette possibilité, donc la Direction générale de l'immigration nationale s'occupera des processus d'asile. Le ministère de l'Intérieur parle d'un processus d'immigration, ce qui est trompeur, car seuls ceux qui séjournent illégalement dans le pays sont concernés par un processus d'immigration."

Les réfugiés afghans reçoivent de la nourriture, des vêtements et un médecin est venu les examiner, dans cet endroit qui fait polémique. Dans le passé, l'ONU avait comparé les conteneurs de l'ex-zone de transit à des "prisons". Ces zones avaient été fermées par la Cour de justice de l'Union européenne.