DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le Panchir tombé, les talibans passent à la suite, même si Massoud appelle à se soulever

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Le porte-parole en chef des talibans Zabihullah Mujahid, Kaboul, Afghanistan, 6 septembre 2021
Le porte-parole en chef des talibans Zabihullah Mujahid, Kaboul, Afghanistan, 6 septembre 2021   -   Tous droits réservés  Muhammad Farooq/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

La province du Panchir tombée, les talibans ont appelé les ex-forces armées gouvernementales de l'Afghanistan à se joindre à eux pour former les nouveaux services de sécurité du pays.

Pendant 20 ans, les forces armées afghanes ont combattu les talibans aux côtés des Occidentaux, mais ces derniers ont quitté le pays, et même si le fils du commandant Massoud qui dirige le Front national de résistance au Panchir ne s'avoue pas vaincu, désormais, les talibans contrôlent tout le pays. La donne a changé :

"Ces forces de sécurité qui avaient été formées doivent être recrutées à nouveau. Le prochain gouvernement réorganisera l'encadrement avec les cadres qui ont été formés, et ils seront rendus aux organisations de sécurité du pays" a expliqué le porte-parole en chef des talibans, Zabihullah Mujahid.

Nichée dans les imposantes montagnes de l'Hindu Kush, la vallée du Panchir n'a qu'une seule et étroite entrée. Elle n'était tombée ni sous l'occupation soviétique dans les années 1980, ni durant l'ascension des talibans vers le pouvoir une décennie plus tard.

Le fils du commandant Massoud (assassiné par al-Qaïda), Ahmad, avait appelé à la fin des combats dimanche. Le jeune Massoud, qui a fait ses études en Grande-Bretagne, avait déclaré que ses forces étaient prêtes à déposer les armes, mais seulement si les talibans acceptaient de mettre fin à leur assaut. Tard dans la journée de dimanche, on a vu des dizaines de véhicules chargés de combattants talibans envahir la vallée du Panchir.

Dans une deuxième déclaration lundi, Ahmad Massoud, a alors accusé les talibans d'avoir attaqué et il a promis de continuer à se battre. Il a exhorté les Afghans à se joindre à leur combat contre les talibans et a fustigé la communauté internationale de donner une plateforme aux talibans en ouvrant des négociations avec eux.

Le porte-parole en chef des talibans a cherché à rassurer les habitants du Panchir, en leur assurant qu'ils seraient en sécurité, alors que des dizaines de familles auraient fui dans les montagnes avant l'arrivée des soldats du nouvea pouvoir.

A quand le gouvernement "inclusif" ?

Sur le plan politique, la composition du nouvel exécutif taliban, initialement escomptée en fin de semaine passée, se fait toujours attendre.

Le porte-parole Mujahid a précisé que la formation d'un gouvernement "intérimaire" serait annoncée dans "les prochains jours", une fois de dernières "questions techniques" résolues.

Des analystes estiment que les islamistes ont eux-mêmes été pris de court par la rapidité de leur accession au pouvoir et n'ont pas eu le temps de préparer la suite.

Revenus au pouvoir 20 ans après en avoir été chassés par une coalition emmenée par les États-Unis, les talibans sont attendus au tournant par la communauté internationale, qui les jugera sur leurs actes.

Le mouvement a promis de mettre en place un gouvernement "inclusif", s'engageant aussi à respecter les droits des femmes, bafoués lors de son premier passage au pouvoir (1996-2001). Mais ses promesses peinent toujours à convaincre.

Des universités privées afghanes ont rouvert lundi. Les talibans ont précisé dans un décret que les étudiantes seraient tenues de porter une abaya noire, assortie d'un niqab couvrant le visage à l'exception des yeux. Ils ont confirmé que l'enseignement se ferait, dans la mesure du possible, dans des classes non mixtes.

Sous leur précédent régime, les filles n'étaient pas autorisées à étudier, et le port de la burqa, couvrant complètement la tête et le corps, avec un grillage dissimulant les yeux, était obligatoire.

L'EI-K, l'ennemi des talibans

Le nouvel ennemi à combattre en Afghanistan, c'est l'EI-K, le groupe État islamique au Khorasan, le nouveau gouverneur de la province de Nangarhar, Mullah Neda Mohammad, a été très ferme sur le sort de leurs rivaux djihadistes :

"L'État islamique n'a pas de refuge ici. Nous recherchons les individus qui se cachent. Nous avons arrêté 70 à 80 membres de l'EI-K depuis notre prise de pouvoir."

Nous avons arrêté 70 à 80 membres de l'EI-K depuis notre prise de pouvoir
Mullah Neda Mohammad
Gouverneur de la province de Nangarhar

Depuis les attentats meurtriers à l'aéroport de Kaboul fin août, pendant les évacuations, les dirigeants occidentaux restent sur leur garde avec l'EI-K.

Et c'est justement pour évoquer la réouverture de l'aéroport international et ces évacuations que le secrétaire d'État américain Antony Blinken est arrivé à Doha lundi soir.

Cette réouverture est une priorité pour faire parvenir l'aide humanitaire, dont le pays a cruellement besoin, et évacuer les ressortissants étrangers encore présents et les Afghans détenteurs de visas qui le souhaiteraient.

Diplomatiquement, le Qatar est devenu essentiel depuis la prise de pouvoir des talibans, l'émirat du Golfe conservant des liens étroits avec le nouveau pouvoir afghan.

Antony Blinken doit aussi exprimer la "profonde reconnaissance" de Washington au Qatar pour le soutien apporté aux efforts d'évacuation fin août de dizaines de milliers de ressortissants américains et d'Afghans ayant collaboré avec les Etats-Unis.

Il ne devrait pas rencontrer de représentants talibans à Doha, où ils ont leur bureau politique, bien qu'un tel dialogue ne semble pas totalement exclu à l'avenir.

Sources additionnelles • AP, AFP