DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

France : la gratuité de la contraception étendue aux 18-25 ans

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Pilules contraceptives
Pilules contraceptives   -   Tous droits réservés  PHILIPPE HUGUEN/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

En France, la contraception gratuite va être étendue à toutes les femmes jusqu'à 25 ans. Jusqu'à présent, l'Assurance maladie prenait en charge tous les frais seulement pour les jeunes filles mineures.

A partir du premier janvier 2022, l'Assurance maladie prendra en charge "à 100% et en tiers payant", tous les frais nécessaires à la contraception pour les trois millions de jeunes femmes potentiellement concernées : une consultation par an avec un médecin ou une sage-femme, les examens biologiques afférents, ainsi que les contraceptifs proprement dit : "certaines pilules contraceptives, les implants contraceptifs, les dispositifs intra-utérins" (également appelés stérilets), les diaphragmes et la contraception d'urgence hormonale", a précisé le ministère de la Santé.

Le ministre de la santé Olivier Véran a souligné que la contraception était en recul dans cette tranche d'âge principalement pour des raisons financières. Ce dispositif, qui coûtera 21 millions d'euros par an, sera mis en place jusqu'à 25 ans, un âge auquel les jeunes femmes accèdent à "davantage d'autonomie", a encore expliqué le ministre.

Pour Bertrand de Rochambeau, président du Syngof (principal syndicat de gynécologues), la mesure est d'autant plus utile qu'elle s'adresse à des femmes dans "la période la plus fertile de leur vie": "elles ont l'activité sexuelle la plus importante, mais beaucoup ont du mal à joindre les deux bouts", a-t-il observé.

Toutefois l'aspect financier n'est "pas le seul obstacle" à la contraception, car la "jeune génération se méfie de la contraception orale et de l'impact que ça peut avoir sur le corps", a-t-il regretté.

Le Planning familial, association féministe qui milite depuis 1960 pour le droit à la contraception et à l'avortement, s'est également félicité de cette annonce, tout en réclamant une "grande campagne nationale d'information" sur la contraception et une politique plus volontariste d'éducation à la sexualité.

La gratuité de la contraception était déjà accordée depuis 2013 aux jeunes filles entre 15 et 18 ans, dont le taux de recours à l'IVG (interruption volontaire de grossesse) a nettement baissé depuis, passant de 9,5 à 6 pour 1 000 entre 2012 et 2018. Depuis août 2020, elle a été étendue aux moins de 15 ans.