This content is not available in your region

Libye : des élections cruciales pour en finir avec 10 ans de chaos

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Libye : des élections cruciales pour en finir avec 10 ans de chaos
Tous droits réservés  AP Photo/Yousef Murad

Ils sont tous venus soutenir la stabilité en Libye. Les représentants d'une trentaine d'Etats et d'organisations internationales étaient à Tripoli jeudi. Après 10 ans de chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi et un conflit qui s'est internationalisé, le pays entend tourner la page et organise des élections générales cruciales pour son avenir.

Tripoli a également réitéré son "refus des ingérences étrangères" dans les affaires libyennes et les "tentatives de semer le chaos en Libye". Elle a promis que la Libye respecterait ses engagements en matière de droits humains.

"Le gouvernement d'union nationale libyen est fermement attaché à la souveraineté, à l'indépendance, à la sécurité régionale et à l'unité nationale du pays. Il refuse fermement l'ingérence étrangère dans les affaires libyennes et dénonce les tentatives de violation de l'embargo sur les armes et de création de chaos (...) __Il est important de prendre les mesures nécessaires pour instaurer la confiance et créer un environnement approprié pour organiser les élections nationales de manière honnête et transparente le 24 décembre 2021" souligne Najla al-Mangoush, ministre libyenne des Affaires étrangères.

Après des années de conflits armés et de divisions entre l'Est et l'Ouest, un nouveau gouvernement intérimaire a été désigné en début d'année, sous l'égide de l'ONU, pour sortir le pays d'un conflit internationalisé en le menant jusqu'à une élection présidentielle cruciale fixée au 24 décembre et suivie par un scrutin législatif.

Si d'énormes progrès ont été réalisés sur les plans politiques et sécuritaires, le cessez-le feu reste fragile. Selon l'ONU, près de 20 000 mercenaires et combattants étrangers seraient encore en Libye. Autre enjeu de taille: unifier l'armée sous un commandement unique. A deux mois du scrutin, le gouvernement de transition a encore de nombreux problèmes à régler.