Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Olaf Scholz reçu en Pologne pour ouvrir un "nouveau chapitre"

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Le chancelier allemand Olaf Scholz, à gauche et le premier ministre polonais, à droite, Mateusz Morawiecki, en conférence de presse à Varsovie, Pologne, 12 décembre 2021
Le chancelier allemand Olaf Scholz, à gauche et le premier ministre polonais, à droite, Mateusz Morawiecki, en conférence de presse à Varsovie, Pologne, 12 décembre 2021   -   Tous droits réservés  Czarek Sokolowski/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Après Paris et Bruxelles, le chancelier allemand a été reçu à Varsovie avec les honneurs militaires pour ouvrir "un nouveau chapitre" entre l'Allemagne et la Pologne. La venue d'Olaf Scholz a donné lieu à des entretiens avec le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki et les deux hommes n'ont pas ignoré les différends. Plusieurs points litigieux ont été abordés. La Pologne est notamment en conflit avec la Commission européenne sur des questions d'État de droit, liées à des réformes judiciaires.

Olaf Scholz s'est montré diplomate :

"L'Europe est une communauté de valeurs et de droit. Nous sommes unis par les idées d'État de droit et de démocratie et, par conséquent, il serait également très bon et utile que les discussions et les pourparlers entre l'Union européenne, la Commission et la Pologne, puissent rapidement aboutir à une très bonne solution pragmatique."

Au sujet du gazoduc Nord Stream 2, le Premier ministre polonais a été très clair. Il a demandé à Olaf Scholz de "ne pas ouvrir le robinet de gaz". Le gazoduc de 1 200 km qui passe sous la mer Baltique, de la Russie au nord-est de l'Allemagne, est achevé, mais la date de sa mise en service reste incertaine.

"Nous sommes convaincus que Nord Stream 2 va accroître la capacité du Kremlin à faire pression sur l'Ukraine et sur l'Union européenne. Cela peut potentiellement être un moyen de fixer les prix et, à certains égards, nous observons ce phénomène avant même les débuts de Nord Stream 2" a déclaré le premier ministre polonais.

En revanche, les dirigeants polonais et allemand ont fait preuve d'unité sur la question du Belarus. Le chancelier allemand a déclaré que le président du Belarus utilisait des réfugiés pour pouvoir mener sa propre politique. Sur ce dossier migratoire, Olaf Scholz a affirmé que la Pologne serait soutenue afin de ne pas être victime du chantage du Belarus.

Sources additionnelles • AP, AFP