This content is not available in your region

Covid-19 et fêtes de fin d'année : l'OMS appelle à la plus grande prudence

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Covid-19 et fêtes de fin d'année : l'OMS appelle à la plus grande prudence
Tous droits réservés  Alberto Pezzali/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Pour la deuxième année consécutive, la pandémie de Covid-19 vient perturber les fêtes de fin d'années. Alors que de nombreux pays prennent de nouvelles mesures de restrictions, l'OMS appelle à a plus grande prudence.

En pleine 5e vague et alors que le variant Omicron se propage à grande vitesse à travers le monde, le directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus,a appelé à la plus grande prudence pour les célébrations de Noël et du Jour de l'An. Quitte à annuler les festivités :"Nous sommes tous lassés de cette pandémie. Nous voulons tous passer du temps avec nos amis et notre famille. Mais un événement annulé vaut mieux qu'une vie perdue. Il est préférable d'annuler maintenant et de célébrer plus tard que de célébrer maintenant et de pleurer plus tard. Aucun d'entre nous ne veut être à nouveau dans la même situation dans 12 mois."

Un événement annulé vaut mieux qu'une vie perdue. Il est préférable d'annuler maintenant et de célébrer plus tard que de célébrer maintenant et de pleurer plus tard.
Tedros Adhanom Ghebreyesus
directeur général de l'OMS

Il a lancé l'objectif d'un point final au Covid pour 2022 "en veillant à ce que 70% de la population de chaque pays soit vaccinée" d'ici à mi-2022.

A ses côtés, la cheffe scientifique de l'OMS, la docteure Soumya Swaminathan, a affirmé que les premières données d'Afrique du Sud avaient montré que les hospitalisations liées à Omicron restaient moins nombreuses que pendant les précédentes vagues Delta. Il est "encore trop tôt pour conclure qu'il s'agit d'un variant modéré", a-t-elle toutefois conclu à propos de cette souche détectée pour la première fois en Afrique du Sud et au Botswana en novembre et qui présente de multiples mutations.

  • En Suisse, de nouvelles mesures depuis lundi

Alors que les campagnes de rappel se multiplient, de nombreux pays européens ont également choisi de serrer la vis, comme les Pays-Bas qui ont imposé un nouveau confinement depuis dimanche ou l'Irlande et le Danemark qui a mis en place des couvre-feu dans les bars et restaurants.

De nouvelles mesures sont également entrées en vigueur depuis lundi en Suisse, comme l'obligation de télétravailler quand c'est possible. L'accès à de nombreux lieux publics est également restreint pour les non-vaccinés. "Seules les personnes vaccinées ou guéries auront désormais accès à l'intérieur des restaurants, des établissements culturels et des installations de sport et de loisirs ainsi qu'aux événements en intérieur", a ainsi indiqué le Conseil fédéral.

Pour les vaccinés, le masque fait son retour dans plusieurs lieux clos comme les restaurants. Des mesures qui provoquent la lassitude de la population, comme cette habitante de Zurich : "Pour être honnête, je trouve le sujet de la vaccination un peu difficile. On est vaccinés et on a l'impression que c'est bien, mais on se rend compte que ça ne sert pas à grand-chose."

  • En France, le tout-vaccin plutôt que les restrictions

Feu vert à la vaccination des enfants, puis bientôt pass vaccinal pour les adultes... Face à l'épidémie de Covid-19, que le variant Omicron pourrait encore aggraver, le gouvernement mise tout sur la vaccination dans l'espoir d'éviter de nouvelles restrictions généralisées.

Annoncée à plusieurs reprises ces dernières semaines, la vaccination de tous les enfants de 5 à 11 ans dont les parents le souhaitent est imminente.

La Haute autorité de santé (HAS) lui a, comme attendu, donné son feu vert lundi, après le Comité d'éthique (CCNE) vendredi. Un ultime avis est attendu, celui du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, mais il ne fait guère de doute qu'il ira dans le même sens puisque cette instance avait exprimé son accord de principe début décembre.

Après le début de la vaccination des 5-11 ans à risques le 15 décembre, ce sera donc bientôt au tour de l'ensemble de cette classe d'âge. Cela pourrait être dès mercredi "si tout va bien", avait estimé samedi le ministre de la Santé, Olivier Véran.

  • L'Allemagne serre la vis

En Allemagne, le gouvernement s'apprête à durcir les restrictions sanitaires au Nouvel An, selon un projet qui doit encore être discuté mardi lors d'une réunion de crise entre le gouvernement et les représentants des 16 régions allemandes, suivie d'une conférence de presse d'Olaf Scholz.

A partir du 28 décembre, hors enfants de moins de 14 ans, les personnes vaccinées ou guéries ne pourront pas accueillir chez elles plus de 10 invités et à condition qu'ils soient tous immunisés, selon le texte. Les non-vaccinés ne sont de leur côté autorisés à inviter qu'au maximum deux personnes d'un seul foyer.

Les événements sportifs, comme les matches de football de la Bundesliga, se dérouleront "sans spectateurs" à partir du 28 décembre et jusqu'à nouvel ordre, de même que les manifestations culturelles et les concerts, selon un deuxième texte modifié diffusé en soirée. Discothèques et clubs de danse seront fermés.

Contrairement aux Pays-Bas voisins, l'Allemagne n'envisage pas de fermer des magasins jugés non essentiels, les cinémas ou les restaurants, estimant suffisant de limiter leur accès aux personnes vaccinées ou guéries. Mais le groupe d'experts conseillant le gouvernement a tiré dimanche la sonnette d'alarme face à la progression d'Omicron et plaidé pour des réductions supplémentaires des contacts "dans les plus brefs délais".