This content is not available in your region

L'expérience de deux médaillées lors des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo

Par Damon Embling
euronews_icons_loading
My Tokyo
My Tokyo   -   Tous droits réservés  euronews

Dans cet épisode de My Tokyo, deux compétitrices médaillées olympiques et paralympiques nous racontent leur expérience japonaise.

C'était une première pour Courtney Ryan, basketteuse en fauteuil roulant pour l'équipe des États-Unis. La sportive paralympique, qui a gagné une médaille de bronze lors de ces Jeux, s'est forgée des souvenirs inoubliables au Japon.

euronews
Courtney Ryan, médaillée de bronze en basket lors des Jeux Paralympiques de Tokyo 2020/2021euronews

"Nous n'avons pas eu l'occasion de voir beaucoup de sites. Mais celui qui m'a le plus marqué est l'Ariake Arena, où nous avons pu disputer le match pour la médaille de bronze", raconte-t-elle à My Tokyo.

La sportive dit avoir été "bouche bée" lorsqu'elle a vu l'enceinte dans laquelle elle allait disputer la petite finale de ces J.O.

Une journée incroyablement excitante

Courtney et ses coéquipières ont affronté l'Allemagne pour ce match décisif. "Se réveiller le jour du match était incroyablement excitant et aussi très angoissant" se remémore-t-elle.

"Pouvoir ramener cette médaille chez nous, aux États-Unis, mais aussi dans la famille Ryan, a été une chose extraordinaire" indique-t-elle en brandissant fièrement la récompense, fabriquées "à partir de matériaux recyclés, de téléphones portables" souligne-t-elle, impressionnée par la capacité des Japonais à transformer ces objets en œuvres artistiques, telle qu’une médaille.

Euronews / My Tokyo
Courtney Ryan, médaillée de bronze en basket lors des Jeux Paralympiques de Tokyo 2020/2021Euronews / My Tokyo

L'"Omotenashi" de Tokyo

Courtney raconte qu'elle et son équipe ont reçu un accueil chaleureux à leur arrivée à Tokyo, ce que l'on appelle au Japon l'hospitalité "Omotenashi ".

"On pouvait voir que l'accessibilité n'était pas laissée pour compte. Il était toujours très facile de manœuvrer son fauteuil roulant, d'aller du point A au point B", ajoute-t-elle.

"Et ils se sont assurés que chaque bus dans lequel nous avons pu monter était également accessible" aux personnes à mobilité réduite.

Fierté et amour

Courtney aimerait se rendre à nouveau à Tokyo, pour explorer la ville.

"On peut dire qu'ils ont tellement de fierté et d'amour et de culture au sein de leur communauté", dit-elle.

Pour Sandra Sánchez, une Karateka de l'équipe espagnole, les Jeux olympiques de cet été lui ont permis de retourner dans cette ville, qu’elle aimait tant.

"Je la connaissais déjà, je connaissais la culture", raconte-t-elle à My Tokyo.

"Quand nous sommes arrivés aux Jeux et au village olympique, nous avons vu tout ce que tous les volontaires avaient mis en place. Ils nous ont fait nous sentir aimés."

euronews
Sandra Sánchez, une Karateka de l'équipe espagnole, médaillée d'or aux J.O. de Tokyo 2020/2021euronews

Imaginez l'excitation

Pour Sandra, sa dernière visite a été particulièrement spéciale en raison de l'importance de son sport.

"Le sentiment quand vous savez que vous allez à vos premiers Jeux olympiques, les premiers pour le karaté, au Japon, à Tokyo, qui est le berceau de votre sport, eh bien, imaginez l'excitation", rayonne-t-elle.

Pleurer d'émotion

Sandra a décroché une médaille d'or Olympique dans la catégorie Kata du karaté.

« À partir du moment où vous réalisez que vous avez gagné, jusqu'à ce qu'ils vous donnent la médaille, je me suis dit : "Je veux la voir, je veux la toucher, pour sentir que c'est vrai, que c'est la mienne". Je pleurais d'émotion », se souvient-elle.

euronews
Sandra Sánchez, une Karateka de l'équipe espagnole, médaillée d'or aux J.O. de Tokyo 2020/2021euronews

Retour à Tokyo

Sandra affectionne particulièrement le quartier électronique d'Akihabara, qui est un spectacle coloré la nuit.

"Tous les secteurs que vous apprenez à connaître, tous les lieux, tous les temples que vous visitez sont toujours impressionnants", dit-elle.

"Choisir mon plat préféré au Japon est difficile car j'aime beaucoup de choses", ajoute-t-elle.

"Mais c'est vrai, j'aime vraiment tout ce qui est sushi."

Tokyo a une place spéciale dans le cœur de Sandra, une ville où elle aimerait retourner bientôt.

"Je veux vraiment retourner à Tokyo, en fait j'y retournerais aujourd'hui si je le pouvais, pour continuer à apprendre et à grandir en tant que personne et en tant que Karateka", dit-elle.