PUBLICITÉ

Euro : dans le laboratoire secret des chasseurs de faux billets

Le laboratoire anti-contrefaçon de la BCE
Le laboratoire anti-contrefaçon de la BCE Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

20 ans après la mise en service de la monnaie européenne, plongée dans le monde microscopique de la lutte contre les fausses coupures d'euros.

PUBLICITÉ

 L'euro fête ses 20 ans, mais aussi 20 ans de contrefaçon. Les faussaires s'en donnent encore à coeur joie, même si le nombre de faux billets a diminué au fil des années. Au 23e étage de la BCE,  la Banque centrale européenne à Francfort, voilà un endroit secret : le laboratoire de lutte contre les billets contrefaits en euros. Environ 460.000 fausses coupures ont été retirées de la circulation en 2020, alors qu'actuellement il y a environ 27 milliards de billets en euros en circulation. Le travail des experts, c'est scruter au microscope les coupures suspectes.

"On analyse des échantillons de tous les billets intéressants qui ont été découverts dans l’Union européenne, explique Eric Languillat, expert en faux billets, pour en faire une description technique la plus précise possible, pour ensuite intégrer ces informations dans une base de données qui est accessible à tous les centres d’analyse en Europe."

Selon la BCE, le risque demeure malgré tout "très faible" pour les consommateurs de récupérer un faux billet. L'euro dispose d'une bonne côte de confiance, quant à sa sécurité. Chaque année, l'institut monétaire mobilise d'importants budgets pour tenter de fabriquer des billets inimitables. Et cette recette reste pour des raisons évidentes, secrète.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Inflation : la Banque centrale européenne a procédé à une importante hausse des taux d'intérêt

L'inflation dans la zone euro bat un nouveau record en août

Europol a cartographié les pires réseaux criminels d’Europe