Russie : deuxième dissolution pour l'emblématique ONG Mémorial

Russie : deuxième dissolution pour l'emblématique ONG Mémorial
Tous droits réservés Alexander Zemlianichenko/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La justice russe a ordonné de dissoudre l'organisme recensant les violations des droits humains dans la Russie contemporaine, notamment les poursuites politiques visant les opposants de Vladimir Poutine.

PUBLICITÉ

Une nouvelle décision de justice a été prononcée contre l'ONG russe Mémorial. Ce mercredi, un tribunal de Moscou a ordonné la dissolution du Centre de défense des droits humains de l'organisation. Il s'agit de l'organisme recensant les violations des droits humains dans la Russie contemporaine, notamment les poursuites politiques visant les opposants à Vladimir Poutine. Il lui est reproché d'avoir enfreint une loi controversée sur les "agents de l'étranger" et d'avoir fait l'apologie du "terrorisme" et de l'"extrémisme".

La veille, la cour Suprême avait banni sa maison mère, Mémorial International et ses structures enquêtant sur les purges soviétiques. Une vague d'indignation internationale s'en est suivie.

Un nouveau palier dans la répression des voix critiques envers le Kremlin a été franchi souligne Natalia Prilutskaya, chercheuse russe à Amnesty International : "bien entendu, cela aura des conséquences considérables pour la société civile russe, car c'est un signal clair que les répressions vont se poursuivre. L'affaire "Mémorial" est comme un test décisif, c'est aussi un signal très clair pour la communauté internationale et les citoyens des autres pays devraient s'en inquiéter".

La cheffe de la diplomatie britannique, Liz Truss, s'est dite "profondément préoccupée", "Mémorial a travaillé sans relâche pendant des décennies pour assurer que les violations (des droits) de l'ère soviétique ne soient jamais oubliées. Sa fermeture porte un nouveau coup effrayant à la liberté d'expression en Russie", a-t-elle déclaré sur Twitter. 

Pour de nombreux Russes, l'ONG a joué un rôle clef dans la documentation des crimes staliniens. Fondée par des dissidents soviétiques, Mémorial avait pour mission de faire la lumière sur ce douloureux passé. 30 ans après, sa fermeture illustre pour beaucoup d'observateurs un inquiétant retour en arrière.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'UE sur la ligne de front dans l'est de l'Ukraine

La Russie dit avoir abattu deux hommes suspectés d'avoir fomenté des actes terroristes

Russie : collision mortelle entre un train et un autobus transportant des passagers