This content is not available in your region

Neuvième jour de guerre en Ukraine : suivez les informations actualisées en temps réel

Access to the comments Discussion
Par euronews
Un père ukrainien dit au revoir à son enfant qui quitte Kyiv en train, Ukraine, le 4 mars 2022
Un père ukrainien dit au revoir à son enfant qui quitte Kyiv en train, Ukraine, le 4 mars 2022   -   Tous droits réservés  Emilio Morenatti/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Combats, développements diplomatiques, pourparlers, sanctions : suivez notre direct ci-dessous pour avoir les dernières informations relatives à l'invasion russe de l'Ukraine.

04.03.2022
21:03
Merci de nous avoir suivi en ce neuvième jour de guerre.
Les principales informations de ce vendredi, actualisées tout au long de la journée, sont consultables ci-dessous.
04.03.2022
20:42
Le président russe a signé vendredi une loi introduisant de lourdes peines de prison pour toute personne publiant des "informations mensongères" sur l'armée, en pleine invasion de l'Ukraine par Moscou.
Ces amendements, adoptés peu auparavant par les députés, prévoient également des peines pour les "appels à imposer des sanctions à la Russie", qui est confrontée à de dures mesures de rétorsion occidentales.
Les peines encourues, pouvant aller jusqu'à 15 ans de prison, seront appliquées contre ceux qui diffusent des "informations mensongères" entraînant des "conséquences sérieuses" pour les forces armées russes.
 
04.03.2022
20:39
Facebook a été bloqué ce vendredi en Russie, une information confirmée par Meta, la maison mère du réseau social, qui déplore le fait que des "millions de Russes ordinaires seront bientôt privés d'informations fiables".
L'accès à Facebook en Russie avait déjà été limité la semaine dernière, depuis l'invasion de l'Ukraine, quand le réseau social a pris des initiatives mesurées pour limiter la diffusion d'informations émanant d'organes de presse affiliés au gouvernement russe.
04.03.2022
20:36
Les Européens vont cesser les extraditions vers la Russie et le Bélarus a annoncé le ministre français de la justice Eric Dupond-Moretti à Bruxelles.
04.03.2022
20:33
Au neuvième jour de la guerre en Ukraine, le point sur le terrain :
  • La capitale Kyiv reste sous contrôle ukrainien, tout comme Kharkiv (est) et ce malgré d'intenses bombardements russes. Les troupes russes ont pris Kherson (dans le sud) et ont encerclé plusieurs centres urbains de la région.
  • Les forces russes mènent aussi une offensive à travers les territoires séparatistes prorusse de Donetsk et Lougansk, mais il n'était pas clair dans l'immédiat jusqu'à quel point exactement elles avaient avancé.
  • Les combats se poursuivaient à Tcherniguiv, au nord de Kiev, où l'Ukraine a accusé Moscou d'avoir bombardé jeudi une zone résidentielle et des écoles, faisant 47 morts, selon un dernier bilan.
  • Les affrontements sont toujours en cours dans le port stratégique de Marioupol (sud-est), qui est toujours sous contrôle ukrainien, alors que Mykolaïv (située à l'ouest de Kherson) est encerclé. Le maire de la ville portuaire a accusé les forces russes de vouloir instaurer "un blocus", et la situation humanitaire est "terrible" après 40 heures de bombardements ininterrompus, y compris sur des écoles et des hôpitaux, a déclaré à la BBC le maire-adjoint de la ville, Sergueï Orlov.
  • La ville stratégique d'Odessa, située sur la mer Noire, reste sous contrôle ukrainien et est pour le moment épargnée par les combats.
  • La Russie a affirmé mercredi que 498 de ses militaires avaient été tués en Ukraine, selon le premier bilan annoncé de ses pertes dans cette guerre.
    L'Ukraine et des observateurs occidentaux affirment de leur côté que ce bilan est largement sous-évalué. Kyiv affirme que plus de 9 000 soldats russes ont été tués. 
    Mercredi, l'ONU a affirmé avoir comptabilisé la mort de 230 civils en Ukraine, dont 15 enfants, prévenant que ce bilan était susceptible d'être beaucoup plus élevé.
  • Les conséquences en chaîne de ce conflit continuent de s'aggraver. Plus de 1,2 million de réfugiés ont déjà fui l'Ukraine depuis l'invasion du pays le 24 février, dont environ la moitié ont été accueillis en Pologne (décompte du HCR).
04.03.2022
18:33
Accusée d'avoir attaqué un site nucléaire ukrainien, la Russie dénonce à l'ONU "un mensonge" (ambassadeur).
Les pays du G7 ont exhorté vendredi la Russie à mettre fin à ses attaques "dans les environs immédiats des centrales nucléaires ukrainiennes", après des bombardements dans la nuit sur la centrale de Zaporojie, la plus grande d'Europe.
L'ambassadeur russe à l'ONU Vassily Nebenzia a dénoncé un mensonge, et a accusé l'Ukraine d'avoir provoqué un incendie sur le site de cette centrale.
L'accusation selon laquelle la Russie est responsable "fait partie d'une campagne de mensonges" à l'encontre de Moscou, a-t-il asséné au Conseil de sécurité de l'ONU. L'Ukraine et les Occidentaux ont accusé la Russie d'être à l'origine de l'attaque.
Les pays du G7 ont annoncé leur intention d'imposer de "nouvelles sanctions sévères" contre Moscou pour son invasion de l'Ukraine, et se sont engagés à contrer la "campagne de désinformation" de la Russie.
04.03.2022
18:17
Les États-Unis dénoncent une immense menace pour toute l'Europe et le monde après l'attaque d'un site nucléaire ukrainien par la Russie.
"Grâce à Dieu, le monde a échappé à une catastrophe nucléaire" a déclaré Linda Thomas-Greenfield devant le Conseil de sécurité des Nationales unies.
L'ambassadrice américaine à l'ONU a par ailleurs qualifié cette attaque d'"irresponsable et dangereuse".
04.03.2022
18:08
Les Etats-Unis ont déjà livré plus des deux tiers des armes promises fin février à l'Ukraine, qui en fait un usage "efficace" pour ralentir l'avancée des forces russes, a déclaré vendredi une responsable du Pentagone.
Washington a débloqué à l'automne 60 millions de dollars d'assistance militaire à l'Ukraine, puis 200 millions de plus en décembre, pour des armes et munitions qui ont pour l'essentiel été toutes remises aux forces ukrainiennes, a dit cette responsable à des journalistes.
Puis, le 26 février, le gouvernement américain a débloqué une nouvelle aide militaire sans précédent de 350 millions de dollars pour soutenir Kiev face à l'invasion russe.
 
04.03.2022
17:57
L'Union européenne est prête à "de nouvelles sanctions sévères si Poutine n'arrête pas la guerre" (Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne)
04.03.2022
17:16
La BBC a annoncé vendredi retirer tous ses journalistes de Russie pour assurer leur "sécurité", après l'adoption d'une loi prévoyant des peines de prison en cas de diffusion d'"informations mensongères sur l'armée" et le blocage de son site russophone, dans le cadre de l'invasion russe de l'Ukraine.

Estimant que Moscou semblait vouloir "criminaliser le journalisme indépendant", le directeur général Tim Davie a souligné dans un communiqué que "cela ne laisse d'autre choix que de suspendre temporairement le travail de tous les journalistes de BBC News" sur le territoire russe. Il précisé que la BBC continuerait à informer en russe depuis l'extérieur de la Russie.

La plus grande centrale nucléaire ukrainienne, avec ses six réacteurs, a été visée par des bombardements russes cette nuit. Le feu a pris dans un bâtiment et un laboratoire, il est maintenant éteint, d'après les autorités. Par chance, les réacteurs n'ont pas été touchés.

La Président ukrainien Volodymyr Zelensky dénonce la "terreur nucléaire" instaurée par Moscou. "Maintenant, l'Europe doit se réveiller. La plus grande centrale nucléaire européenne est en feu. En ce moment-même. Les tanks russes ciblent des unités nucléaires. Et ils ont des viseurs thermiques, donc ils savent sur quoi ils tirent, ils l'ont préparé."

Les villes ciblées

Dans de nombreuses villes du pays, les sirènes ont encore retenti dans la nuit, pour prévenir la population des raids aériens.

Les chars et les véhicules militaires russes poursuivent leur avancée vers la capitale ukrainienne ; ils sont à quelques dizaines de kilomètres de Kyiv.

Beaucoup de villes sont encerclées par les forces russes et plusieurs responsables occidentaux craignent des sièges de longue durée, avec des conséquences dramatiques pour les habitants. Hier, le Ministre des Affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, disait "craindre une logique de siège", à laquelle "les Russes sont habitués." Le chef de la diplomatie a rappelé les cas d'Alep, en Syrie, et de Grozny, en Tchétchénie.

Jeudi, 33 civils ont été tués dans des bombardements à Chernihiv, au Nord-Est de Kyiv. Selon le gouverneur local, les avions ont visé des habitations, deux écoles et un réservoir d'essence.

A Kyiv, les pompiers sont aussi très mobilisés... ils luttent contre de nombreux incendies, des bâtiments, des entrepôts.

Crise humanitaire

Lors de leurs pourparlers hier, les gouvernements russes et ukrainiens sont convenus de l'organisation de couloirs humanitaires pour permettre aux civils de fuir les zones de combat.

Dans les villes passées sous contrôle russe, comme Kherson, au Sud du pays sur la mer Noire, les problèmes de ravitaillement commencent et les queues s'allongent pour pouvoir acheter du pain.

L'OTAN en alerte

Les pays de l'OTAN renforcent leur présence dans les pays limitrophes à l'Ukraine : les troupes américaines arrivent en Pologne, les premiers militaires français sont arrivés en Roumanie. Ils devraient être 550, dans quelques jours, près de la mer Noire. Le Président français Emmanuel Macron, qui s'est entretenu hier avec son homologue russe Vladimir Poutine, l'a dit "très déterminé" et annonce que "le pire est à venir".